2017, une nouvelle année de défense de la vape

Brice Lepoutre, président de Aiduce

Amis vapoteurs,

2016 fut une année riche en événements pour la vape avec notamment la mise en application et la transcription de la Directive Européenne des Produits du Tabac, qui intègre la vape en tant que produit connexe du tabac.

La loi santé, l’ordonnance de mai, et les décrets et arrêtés publiés (a, b, c, d, e) ont ainsi fortement bridé la vape que nous connaissions et pratiquions jusqu’à présent. Des actions sont encore à mener pour tacher de limiter les dégâts : restrictions sur la nicotine, limitation des contenants, déclarations coûteuses, interdiction dans les lieux publics, etc.

Les professionnels du secteur, les acteurs de la santé publique et les utilisateurs se sont mobilisés sur tous les fronts pour que ces restrictions soient aussi limitées que possible en France, afin de permettre aux utilisateurs de pouvoir continuer à vaper aussi librement que possible.

Le combat est long et difficile. Si de nombreux professionnels de santé sont convaincus des bienfaits de la vape dans la réduction des risques liés au tabagisme, les autorités continuent souvent à ne voir dans ce dispositif qu’une tentative de séduction de l’industrie du tabac, bien qu’en France le marché de la vape soit le plus souvent indépendant de cette industrie et qu’elle soit désormais utilisée en France par plus d’un million d’utilisateurs devenus non-fumeurs.

En 2017, comme chaque année depuis son existence, l’AIDUCE poursuivra son combat pour une vape libre et responsable.

Comme en 2016, nous continuerons à participer aux travaux de normalisation. Nous poursuivons ainsi et notamment les démarches engagées avec la Direction Générale de la Santé, et travaillerons avec Santé Publique France pour que la vape soit pleinement reconnue comme un outil de réduction des risques liés au tabagisme.

En 2017, et sur invitation du professeur Vallet de la Direction Générale de la Santé et de la MILDECA, l’AIDUCE participera également au comité de coordination du Plan National de Réduction du Tabagisme (PNRT). Pour rappel, le gouvernement a initié ce plan en septembre 2014, dans le cadre du plan cancer 2014/2019. Le but de ce programme était de réduire le nombre de fumeurs de 10% en 5 ans, de 20% en 10 ans, et parvenir ainsi au bout de 20 ans à une première génération de non-fumeurs. Ce comité est l’une des principales sources de recommandations pour le ministère de la santé.

L’AIDUCE a accepté cette invitation afin de défendre le potentiel de la vape et les libertés de ses utilisateurs actuels ou potentiels auprès du comité. Son patient travail lui aura ainsi permis d’asseoir sa légitimité et de siéger désormais aux côtés de la DGS, MILDECA, la DGOS, la DSS, la DGCS, la DGT, la HAS, l’INCA, l’ANSM, etc.

Un soupçon de reconnaissance ?

Peut-on ainsi espérer qu’en dépit des écueils qui se sont dressés contre elle, la vape soit de nouveau reconnue comme un produit de consommation courante et admise comme un véritable outil de réduction des risques liés au tabagisme dans le paysage sanitaire français ? L’avenir nous le confirmera, nous l’espérons. Mais en tout état de cause, et dans le cadre de cette nouvelle responsabilité, l’AIDUCE continuera de faire valoir ses vues et de défendre une vape libre, accessible, et moins onéreuse que le tabac pour être plus attractive. Elle poursuivra son combat contre les idées reçues et les dangers infondés dont elle continue encore trop souvent d’être injustement accusée.

Pour conclure sur une touche d’optimisme à l’aube de la nouvelle année, ne perdons pas de vue que les vapoteurs français demeurent encore bien lotis aux yeux des consommateurs de trop nombreux pays où la vape est purement et simplement interdite. Le combat qui nous anime ne s’arrête donc pas à nos frontières. Il est européen et mondial.

L’AIDUCE demeure enfin une association animée par quelques bénévoles qui ne peuvent consacrer à l’actualité de la vape que le seul temps dont ils disposent dans la limite de leurs contingences personnelles, ce qui ne lui permet malheureusement pas d’être sur tous les fronts et lui impose des arbitrages. Le Bureau et le Conseil d’Administration de l’association tâcheront donc de continuer à se concentrer en 2017 sur les sujets prioritaires et surtout sur les actions et démarches qui leur permettront de peser réellement dans les décisions qui impacteront la vape dans les temps à venir.

C’est dans cette perspective, et mus par une détermination intacte que nous vous souhaitons à tous une bonne année 2017.

Le Président
Brice Lepoutre

Crédit photo : Midilibre.fr

Publié dans Actions de l'AIDUCE Tagués avec : , ,
5 commentaires sur “2017, une nouvelle année de défense de la vape
  1. Valentini dit :

    Mes meilleurs voeux

  2. AIme-ti dit :

    Meilleurs vœux à toute l’équipe des bénévoles de l’AIDUCE.
    Merci à vous pour votre persévérance.
    L’efficacité extraordinaire de la vape pour le sevrage tabagique sans risque dérange beaucoup d’intérêts financiers et nous avons donc beaucoup d’ennemis.
    Mais, votre combat sauve et va sauver encore beaucoup de vies.
    Alors, ne lâchez rien. J’ai confiance en vous.
    Tous mes vœux de bonheur pour vous et vos proches.

    Bonne vape.

  3. Rouges Karen dit :

    Avec leur nouvelle loi, interdisant la vente de produits de plus de 10ml et ne dépassant pas une certaine dose de nicotine, certains produits vendus sont interdits. Je parle des « Do It Yourself », proposant une grande quantité de base nicotinée et des arômes pour que celà coûte moins cher au client. Ce produit revenait à un total d’environ 30€ (En fonction de combien de flacons d’arômes on y ajoutait). Comparez-le à la quantité de petits flacons qu’il faudrait acheter à l’unité pour faire ce produit, vous dépasserez sans doute les 100€.

    Il nous faudra nous battre si nous voulons à nouveau avoir la possibilité de vapoter sans nous ruiner !

  4. vapot'man dit :

    C’est un constat d’échec ? Vous êtes optimistes par rapport à la Belgique, la Finlande et autres pays interdisant la vape ? Nous servons de pigeons pour le PNRT, mais ce n’est pas notre action, au pire un PNRRisques noyés et endormis parmi la dgs,has, inca, ect… L’ Europe devient une zone de démocratie en voie de disparition, et je pensais que nous allions agir avec L’INNCO, n’ayant plus beaucoup de temps non plus, et étant loin de Paris, je trouve que toutes les attaques contre la vape portent bien leurs fruits.Je ne suis pas un spécialiste, mais je mène des actions au niveau local . Bonne année Brice & adhérents .

  5. gillou dit :

    bonne année brice, et surtout la santé pour notre vape

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*