ACTUWIKI – La ligue Contre le Cancer descend la cigarette électronique : réponse de l’AIDUCE

L’Association Indépendante des Utilisateurs de la Cigarette Électronique (AIDUCE) a envoyé très récement une lettre ouverte à la Ligue Nationale Contre le Cancer. Déjà relayée par le docteur Jacques Le Houezec, nous nous permettons de la publier à notre tour.

La ligue Nationale contre le cancer, contre le cigarette électronique

La cigarette électronique descendue par la ligue contre le cancer

Elle est signée par Brice Lepoutre, administrateur du plus gros forum d’utilisateur de cigarette électronique et président de l’AIDUCE. Elle fait suite à un communiqué de la ligue nationale contre le cancer qui s’est déclaré contre les cigarettes électroniques. L’AIDUCE s’insurge contre cette décision, avec un argument simple et fort : « Si [le combat de la ligue nationale contre le cancer] est de lutter contre le cancer, [celui de l’AIDUCE] est de ne pas le contracter ». C’est un peu comme si la police perpétrait des larcins pour pouvoir ensuite enquêter !

La lutte des vapoteurs pour faire entendre leur voix au près des très frileuses institutions officielles est loin d’être gagnée. D’ailleurs, n’oubliez pas la pétition de l’AIDUCE. Bonne lecture !

Madame, Monsieur;

Le 2 mai dernier, vous avez publié un avis relatif à la cigarette électronique. On peut d’ailleurs se délecter de votre position sur votre site.

Dans ce texte, vous affirmez entre autres que le statut actuel des vaporisateurs électroniques n’est pas satisfaisant, que l’on peut douter que ce soit une réelle aide à l’arrêt du tabac, que cet horrible produit ne participe pas à la « dénormalisation du tabac », que de « nombreuses réserves ont été émises quant aux composants des cigarettes électroniques et leur toxicité potentielle », et, la cerise sur le gâteau, qu’elle précède souvent l’entrée en tabagie des jeunes. Votre verdict est sans appel : vous entendez recommander son retrait du marché. Rien de moins.

Malgré tout le respect et l’admiration que nous devons à votre noble cause, l’AIDUCE ne peut que s’opposer fermement à votre prise de position sur la cigarette électronique. Nous déplorons en effet que cette dernière soit bien étroite, partisane et s’appuie sur une démonstration souvent faussée. Nous allons donc le démontrer point par point.

Tout d’abord, avançons quelques chiffres, histoire de bien poser le débat. Comme vous le savez certainement, les statistiques officielles indiquent que le tabac provoque chaque année la mort de plus de 60 000 personnes en France et 5 millions dans le monde. Sans compter, bien évidemment, la cohorte de maladies et autres complications que peut entraîner le tabac. La ligue contre le cancer est bien placée pour le savoir.

A contrario, aucun cas de décès n’est imputé à la cigarette électronique à ce jour. Aucun cas de cancer déclaré non plus. On peut donc s’étonner que ce produit suscite autant votre courroux et on peut aussi se demander pourquoi vous souhaitez intervenir sur ce sujet qui, de prime abord, ne concerne pas directement la ligue contre le cancer.

Vous écrivez que de très nombreuses réserves ont été émises sur les composants des cigarettes électroniques et leur toxicité potentielle. Cependant, vous citez peu d’études, ce qui contraste singulièrement avec l’expression «nombreuses réserves». Qui plus est, la plupart de vos sources sont relativement anciennes. De plus, vous passez bien vite sur les études plus favorables à la cigarette électronique, notamment celles qui concluent que le risque lié aux vaporisateurs électroniques semble sensiblement moins élevé que celui lié au tabac. Vous omettez d’ailleurs de préciser les références de ces études. C’est fortement regrettable.

Les utilisateurs de ces produits électroniques viennent du tabac. Aussi savoir si les vaporisateurs personnels sont des réducteurs de risque par rapport aux conséquences reconnues du tabac a du sens pour nombre d’utilisateurs. Si j’utilise un vaporisateur sur une courte période après avoir abandonné le tabac, aurais-je un gain sur le plan de la santé ou au contraire vais-je subir des effets désastreux ? Et si j’utilise ce produit sur du long terme, quels sont les effets ou les risques identifiés ? Quel gain ou risque supplémentaire j’encours par rapport au tabac ? Le fait d’utiliser un produit sans combustion et ne distillant pas monoxyde de carbone et goudron, est-il un progrès par rapport à la fumée de cigarette ?

Mais, outre le fait d’être subjectif dans le choix des études référencées, il vous arrive de traduire à votre avantage certains propos. C’est très certainement la conséquence d’une lecture distraite, espérons-le. Par exemple, vous citez la fiche toxicologique de l’INRS relative au propylène glycol. Fort bien. Vous écrivez : « le propylène-glycol (représentant 80 à 90% de la composition de la cartouche de recharge) qui, présentant peu de risques dans des conditions d’utilisation normales, est considéré par l’INRS comme toxique lors d’une consommation à chaud, en aérosol et en utilisation prolongée. » Or, voici ce qu’en dit l’INRS : « le propylène glycol présente peu de risques dans les conditions normales d’utilisation. Toutefois, des mesures de prévention sont nécessaires dans certaines situations, en particulier si le produit est utilisé à chaud, s’il peut y avoir formation d’aérosols, également s’il existe un risque d’exposition cutanée prolongée ou étendue ». L’INRS semble beaucoup plus prudente que vous quant à une éventuelle toxicité du propylène glycol.

Vous affirmez qu’il n’est pas certain que les vaporisateurs électroniques soient efficaces pour arrêter le tabac, estimant que les études sur ce sujet sont contradictoires. Bien que nous n’ayons pas les mêmes données que vous, nous n’allons pas entrer dans de soporifiques et fumeuses querelles de chiffres. Permettez-nous simplement de constater que l’intérêt des fumeurs pour ce produit, l’engouement qu’il suscite depuis son apparition en Europe en 2008, la croissance forte et continue du marché par le simple bouche à oreille, et ce, malgré tous les appels à la prudence, malgré les recommandations de ne pas l’utiliser émanant d’organismes comme le vôtre, malgré les jugements sévères voire subjectifs distillés par certains professionnels de la santé, contraste furieusement avec vos doutes. Il y a un décalage tellement saisissant entre votre questionnement et les retours de bon nombre d’utilisateurs ! Il existe un tel fossé entre votre perplexité et ce que nous vivons au quotidien ! Et puis, entre nous, si ce produit n’était qu’un gadget de plus, un bidule sans réel effet sur l’arrêt du tabac, un simple phénomène de mode, il est évident que vous ne seriez pas obligés de demander son retrait du marché. Le phénomène finirait par se dégonfler de lui-même, comme une vulgaire baudruche.

Vous terminez votre démonstration en indiquant que la cigarette électronique précède souvent l’entrée en tabagie des jeunes. Cette affirmation balaye d’un revers de main tout ce que l’on sait sur le tabac et oublie tous les aspects historiques et sociologiques liés à la cigarette classique. Depuis l’apparition de cette dernière, des générations entières l’ont essayé, se sont adonnés à ce « plaisir », en sont souvent devenus dépendants, alors que la cigarette électronique n’existait même pas. Ils l’ont fait parce que c’était à la mode, parce que leurs idoles s’affichaient ostensiblement avec une cigarette aux lèvres, parce que des proches fumaient, parce que leurs copains ou copines les incitaient, ou bien parce qu’ils l’ont voulu, tout simplement. Aujourd’hui, plus d’un milliard d’êtres humains fument. Combien ont commencé par la cigarette électronique, comme votre phrase peut le laisser penser incidemment. Combien de jeunes arborent fièrement une cigarette électronique à la sortie des lycées ? Toujours concernant les mineurs, sachez que, alors qu’on ne leur demandait rien, par simple souci de responsabilité, les forums les plus importants sur le sujet ont interdit leur accès aux mineurs, des sites de vente sur internet et des magasins physiques ont interdit la vente à ces derniers. Certes, cela reste perfectible mais ce phénomène existe et atténue grandement vos propos alarmistes. Il y a aussi des gens responsables dans le milieu des vaporisateurs électroniques.

Au début de votre prose, vous affirmez aussi que « le produit échappe à toute réglementation ». Nous sommes navrés de devoir vous reprendre mais le propos est inexact. D’ailleurs, plus loin dans le texte, vous indiquez que le produit n’est soumis à aucune réglementation spécifique, ce qui est déjà un peu plus proche de la réalité. En fait, sauf cas particuliers précisés par l’ANSM, les vaporisateurs personnels sont soumis à la réglementation des produits de consommation courante. Ils sont donc placés sous le contrôle de la DGCCRF, comme vous l’écrivez. De plus, des contrôles ont déjà eu lieu, notamment des saisies exercées par les douanes. Bien évidemment, vous êtes libres de penser que ce statut est très loin d’être adapté aux vaporisateurs électroniques, que les contrôles sont totalement insuffisants. Vous pouvez demander un statut spécifique (même si on peut se demander si la classification des produits à la vente est de votre ressort), mais de là à asséner des contre-vérités, il y a une marge.

Abordons maintenant ce qui nous paraît être le point central de votre démonstration et qui, à notre avis, éclaire votre position. En effet, vous écrivez que la cigarette électronique ne participe pas à la « dénormalisation du tabac ». Expression un tantinet intellectualisée derrière laquelle se cache une philosophie. Peut-être même une idéologie. Pire même : on pourrait presque parler de dogme. Cette expression signifie que tout ce qui rappelle la cigarette doit être pourchassé, combattu voire interdit. Même si ce n’est pas une cigarette. C’est ainsi que l’on a interdit les cigarettes au chocolat. C’est comme cela aussi qu’il est aujourd’hui difficile de visionner un film dans lequel des acteurs fument. Il ne faudrait pas que les spectateurs puissent être tentés d’en griller une. On combat tout ce qui rappelle la cigarette alors même que cette dernière continue à être disponible dans tous les bureaux de tabac, liberté individuelle oblige.

Voilà donc où nous en sommes en France : parce qu’un produit ressemble vaguement à une cigarette et en reproduit certains aspects, parce qu’elle ne s’intègre pas dans votre schéma de pensée dogmatisante, il faut donc demander son retrait, même temporaire. Parce que les vaporisateurs personnels ne participent pas à la « dénormalisation du tabac », vous êtes prêts à renvoyer sans sourciller plus de 500000 personnes vers le tabac, qui resterait accessible, lui.

Croyez-vous que les vapoteurs obligés de repousser la porte des bureaux de tabac participeront alors à la « dénormalisation du tabac » ? Est-il normal que la ligue contre le cancer soit prête à renvoyer des anciens fumeurs de tabac vers leur ancien vice comprenant des dizaines de substances toxiques ou cancérigènes avérées ?

Tant pis, direz-vous certainement, ils n’ont qu’à se tourner vers les méthodes de sevrage classiques : patchs, gommes et autres champix. Nombre d’entre eux ont essayé maintes fois ces méthodes en pure perte ? Pas grave, ils recommenceront ! Ils échoueront peut-être encore, il n’y a pas de raison, mais, au moins, ce sera avec des méthodes qui participent à la « dénormalisation du tabac ». Et puis, en désespoir de cause, ils finiront peut-être à adhérer à votre ligue. Vous pourrez fêter dignement un prétendu recul de la mode tabagique et votre victoire idéologique. Votre dogme aura alors triomphé. En apparence seulement et à quel prix. L’enfer est décidément pavé de bonnes intentions.

Nous, utilisateurs des vaporisateurs électroniques, nous venons de la tabagie pour une immense majorité d’entre nous. Loin de participer à relancer la vente du tabac comme vous le prétendez, nous montrons au contraire qu’une autre voie est possible.

Bien sûr, nous ne déclarons pas que les vaporisateurs électroniques sont une solution miracle susceptible de convenir à tous les fumeurs. D’autres méthodes existent : l’arrêt sans substitut, les méthodes proposées par les laboratoires pharmaceutiques et les méthodes alternatives. Il ne nous appartient pas de juger quelle est la meilleure. Tout simplement, les vaporisateurs électroniques nous conviennent et nous ne demandons rien à personne. Que vous le compreniez ou pas, ils représentent un formidable espoir pour des millions de fumeurs qui n’ont jamais réussi à se débarrasser du tabac. C’est une possibilité supplémentaire laissée aux fumeurs avec ses qualités et ses défauts.

Bien évidemment, nous comprenons que les vaporisateurs électroniques fassent débat. Nous acceptons sans aucun problème que des acteurs de la santé puissent ne pas approuver ou ne pas recommander leur utilisation en l’absence de données scientifiques sur les effets à long terme. Nous sommes ouverts à des discussions sur la mise en place éventuelle d’un statut spécifique. Nous sommes aussi favorables à plus d’études sur le vapotage, afin d’être mieux informés, et à plus de contrôles, afin d’être mieux protégés.

Mais nous nous opposerons à tout retrait du marché sans autres certitudes que celles, bien discutables, que vous avancez. Sous le prétexte que notre choix ne reçoit pas votre assentiment, nous ne sommes pas disposés à nous laisser imposer votre diktat. Si votre combat est de lutter contre le cancer, le nôtre est de ne pas le contracter.

Veuillez agréer l’expression de nos salutations distinguées.

Pour L’AIDUCE ,
Son Président,
Brice LEPOUTRE

Le 20/08/2013
Source : http://actuwiki.fr/2/29793/

Publié dans AIDUCE dans les MÉDIAS Tagués avec : , , ,
26 commentaires sur “ACTUWIKI – La ligue Contre le Cancer descend la cigarette électronique : réponse de l’AIDUCE
  1. Damien Bonamy dit :

    Désolé pour le commentaire acerbe…
    Voici le point de vue d’une autre tabacologue, à mon avis bien plus défendable

    http://www.youtube.com/watch?v=hwowI60pOMk

    Il reste la question pas facile à trancher, faut-il interdire la e-cigarette dans les lieux publics ou au bureau… Je pense que ça viendra tôt ou tard, et tant pis pour les fumeurs récalcitrants qui iront fumer dehors alors qu’on vapotera au chaud devant un café. Il faudra une prise de conscience collective.

    (En ce qui concerne Michel Cymes, qui a testé une vapoteuse avant l’enregistrement, en bon professionnel qu’il est j’espère qu’il ne teste pas chacun des produits qu’il présente dans son émission :o) )

  2. Damien Bonamy dit :

    Gros fumeur, je torpille 25 à 30 Kamel par jour. Je n’ai pas vraiment l’intention d’arrêter, j’adore fumer – sauf que ça me coûte un bras, et que je fais des sacrifices à cause du tabac.

    Sur les conseils désintéressés d’un collègue, j’ai fait un saut il y a deux jours dans l’une de ces boutiques qu’on voit fleurir un peu partout. Type accueillant, ancien fumeur, il m’a expliqué en long et en large comment remplacer la clope par la cigarette électronique, le fonctionnement de l’engin, ce qu’il y a dans les produits qu’il vend (les solutions notamment, de fabrication française).

    Ne voulant pas mourir idiot, j’ai investi, grosso modo le prix d’une cartouche pour un kit de deux vapoteuses de bonne facture et une fiole du fameux liquide. J’envisageai revendre le tout si ça ne me convenait pas.

    Bah je dois dire que ça me convient tout à fait, en 48 heures j’ai fumé en tout 7 cigarettes, mais petit à petit elles commencent à me dégoûter plus qu’autre chose. La vapoteuse compense le reste. Elle ne pue pas, ne brûle pas les bronches ni les yeux, et surtout, provoque exactement la même sensation de bien-être que la clope.

    Ce matin, pour la première fois depuis maintenant quelques années, je n’ai pas balancé de glaires verdâtres immondes sous la douche, j’ai pu sentir à peu près l’odeur de mon café, j’ai même pu le goûter vraiment (d’ailleurs il est pas terrible, faudra que je change ^^).
    Non pas que ma santé me tienne tant à coeur (comme je dis toujours, un fumeur qui s’inquiète pour sa santé, c’est paradoxal…), mais j’espère bien faire rapidement des économies sur le budget tabac.

    Là dessus, je lis ici où là que la e-cig contiendrait des traces de substances potentiellement cancérogènes. J’ai envie de répondre à la ligue et à tous ceux qui assassinent la e-cigarette que, à choisir, je préfère crever d’un cancer riche et en bonne santé, que pauvre et en train de cracher mes poumons !

    Tchuss, portez-vous bien !

  3. Michel dit :

    Bonjour,

    J’hésitais à prendre mon adhésion à l’aiduce, car je commence seulement le vapotage depuis quelques mois et j’en resents les énormes bienfaits, du moins sur le court terme. Je vais donc maintenant envoyer à l’aiduce les dons que je faisaient pour la ligue contre le cancer, car c’est « intolérable ».

    je n’ai pas encore lu tous les dossiers concernant ce sujet et je dois, je pense, augmenter ma culture sur les différents produits utilisés dans les « vaporisateurs » comme ils disent 🙂

    A mon avis, le seul argument à peu près « recevable » d’après ce que j’ai lu c’est que pour le moment, nous n’avons pas assez de recul, l’argument « Toutefois, des mesures de prévention sont nécessaires dans certaines situations, en particulier si le produit est utilisé à chaud » peut tenir la route, surtout s’il peut être quantifié.. est ce le cas ?

    De même l’utilisation des arômes « alimentaires » dans les « vapos » contiennent des substances dites « aromatiques » justement, d’un point de vue chimie, ils contiennent effectivement des bases « benzéniques », l’un des premiers arômes que l’on synthétise en première ou en terminale en cours de chimie, est ce qu’on appelle « l’essence de mirbane » première couche des nitrobenzènes et utilisés dans les « colles à papier » en tube :).. une sorte d’odeur très agréable d’amande douce..

    Lorsque je fabrique ma crème chantilly, je mets de l’arôme vanille dans le percolateur avant d’y enfoncer ma cartouche de CO², ça sent tellement bon que j’en renifle le flacon… ma vie est elle en danger lorsque je fais ça ?

    J’agrémente parfois ma cuisine d’huiles essentielles et je prends plaisir à les respirer ? est ce grave Docteur ? Si je les respire, elles passent dans mes poumons non ? alors faut il interdire tous ces arômes, artificiels ou naturels , ces huiles essentielles dont certaines sont mortelles c’est vrai ?

    Si il est vrai que les huiles essentielles sont réservées à l’herboristerie et à la pharmacie, la plupart des arômes (qu’ils soient d’ailleurs naturels ou artificiels) sont tous disponibles en grande surface, sans aucun contrôle !!!! De même d’ailleurs que l’alcool, et tout un tas de produis « potentiellement toxiques », faudrait il de ce fait réglementer la vente de ces « arômes » ?? Par ailleurs, on peut trouver des huiles essentielles en vente libre sans problème sur internet !! (CERTAINES et pas TOUTES bien heureusement)

    Ahh aussi, attention aux poussières de farine pour ceux qui fabriquent leur pain ou leur tartes aux pommes ou autres… bon je caricature un peu par excès, mais je pense que c’est en résonnant par excès que l’on pourra trouver une position cohérente.

    En tant qu’ex scientifique de haut niveau, mais plutôt en physique, il me semble que plus la température est élevée et plus la synthèse de produits toxique augmente, il me semble que le « vapo » c’est dans les 60 degrés C et que la cigarette c’est dans les 900 C ?… Or les incinérateurs de déchets rejettent de la dioxine, il me semble donc logique de penser que de la dioxine est aussi générée dans les cigarettes normales ? mais vous pouvez me contredire, c’est juste un raisonnement à peu près logique. A quelle dose, je n’en sais rien, ce que je sais en tout cas, c’est que l’on respire aussi des composants dits « aromatiques » au sens chimique du terme à savoir benzène, toluène, (Sont dits aromatiques les composants basés sur la chimie du Benzène) dans les cigarettes « normales ».

    D’un simple raisonnement une question que je me pose : quel est la proportions de composés « aromatiques » entre un vapo et une cigarette normale ? Yen a t il plus, yen a t il moins ?

    OK, nous n’avons pas beaucoup de recul sur les vapos, mais pour avoir ce recul, laissons les personnes qui le souhaitent servir de cobaye « gratuits », s’ils en font eux même le choix !! Ceux qui n’en peuvent plus de cracher « noir » le matin et qui ont eu la chance (comme moi) de changer tout concernant le tabac sont « heureux » avec leur vapo. Si on interdit tout ceci comment pourrons nous avoir un « recul » ??

    Qui sait , peut être que l’arôme banane chauffé à 60 degré dans les vapos donne le cancer au bout de deux ans ?… mais qui peut croire ça ?? Pas moi en tout cas, sauf si on me donne la preuve du contraire.

    Je fume depuis presque 40 ans et on voudrait « m’interdire » une possibilité de stopper ou de diminuer fortement ? c’est plutôt ça le scandale… je ne me vois pas entrer dans une pharmacie pour acheter mes produits, ça non !! J’accepte de prendre le risque d’être shooté à l’arôme vanille !! et je l’assume comme j’assumerai aussi un cancer du poumon du fait de la consommation de tabac, j’ai été prévenu, peut être un peu tard, il était trop tard, j’étais déjà trop accro et aucun programme de sevrage n’a été efficace sur le long terme à par le « vapo »

    Quant au débat « comportemental » il est évident que Brice a raison donc je ne m’étendrai pas, simplement, rien qu’avec ma petite expérience négligeable, il est clair que le « vapo » a changé complètement mon rituel, on ne vapote pas comme on fume normalement, et ça je pense que c’est un fait indiscutable.

    Pour le débat « les jeunes seront incités etc. », c’est clairement du vent 🙂 tout le monde a été jeune, tout le monde a voulu goûté les interdits et je pense que c’est normal, ce n’est que la vie (cigarette, drogue, alcool…) N’oublions pas non plus que la vie est une maladie mortelle, si le gamin veut tester un interdit en commençant le vapotage , je ne vais pas dire « c’est bien », mais simplement c’est peut être le moins pire des choix possibles.

    Lorsque je lis les arguments de la ligue, j’ai vraiment l’impression que ces « messieurs » sont dans un autre monde,

    bien à vous tous
    Michel

  4. Sylvie Imbert dit :

    La cigarette électronique, une entrée pour les jeunes, la bonne blague !
    J’ai proposé à mes filles de l’essayer pour arrêter de fumer.
    Proposition refusée : c’est pas in chez les jeunes ..

  5. Maxivapoteur dit :

    C’est la Ligue POUR ou CONTRE le cancer. Leur position laisse doute. Est l’association de ex president Crozemarie reconnu escroc devant les tribunaux ?

  6. Kucing dit :

    La Ligue Contre le Cancer vit des dons et legs de personnes physiques. Elle vient de perdre entre 500.000 et 1 million de donateurs potentiels.

  7. Amrouche r dit :

    La non étude de 60 m de consommateurs n à qu un seul objectif : faire peur et je vous parie qu elle va être suivie d une intervention de Mme la ministre MST (ancienne big pharma)

  8. MULON dit :

    Il y a une semaine je dépose un commentaire qui evidemment n’allait pas dans le sens général de votre site et sans doute une mauvaise manipulation de votre part, il n’apparait plus… C’est beau de donner des leçons à la terre entière….

    • thrasher dit :

      Celui-ci ?

      « mulon dit :
      22 août 2013 à 16 h 55 min
      Mais bien sur Mrs et Mmes les fabricants de cig elect. n’ont qu’un seul but: aider les pov’ fumeurs a s’arreter! Et tout comme la centrale de Fukushima est sous contrôle, rien n’est nocif dans ce produit miraculeux. D’ailleurs il devrai etre distribue dans les ecoles pour eviter la tabagie ulterieure. Et pendant ce temps la, la marmotte va s’en griller une petite. »

      Bizarre, je le vois bien, moi…

  9. GetLuCky dit :

    Toujours se demander « A qui profite le crime » !

    Ici en l’occurrence, la mort de millions de personnes par an : un génocide hyper bien organisé pour lequel aucune réelles sanctions ne sont prises étant donné les retombées économiques directes et indirectes; et qu’on ne peut interdire, soit disant au nom de la liberté…

    Si le cancer devait un jour disparaître que deviendrait la ligue contre le cancer? Ôtez lui sa raison d’exister et elle plaidera « en toute bonne foi » pour son ennemi juré !

    « Il en sera bientôt du mythe totalitaire ce qu’il en est présentement du mythe démocratique, car le cynisme ne soulage qu’un moment les consciences écœurées par l’hypocrisie. » G. Bernanos

  10. Olivier dit :

    Et oui, pas d’association de lutte contre le cancer, et pas de cancérologue… sans cancer.
    La position du monsieur est donc pleine de bon sens… pour asseoir la pérennité de ses fonctions.

  11. christophe dit :

    Bonjour a tous,
    Moi aussi comme vous tous, j étais fumeur, moi aussi j ai teste patch, champix, et tous les produits qui n’existent que pour augmenter les chiffres d affaires des pharmacies !
    Maintenant, je vapote, mes « pot » aussi.
    Tous les vapoteurs que je connais sont des anciens fumeurs.
    Interdire la e cig ! Le tabac est en baisse ou quoi ?
    On nous prend pour des abrutis.

    Le tabac, pas bon, mais ça rapporte ! Il est Là le fond du problème.

  12. Hazabis dit :

    Perso, j ‘ai arrêté le tabac depuis Mars 2013 avec la cigarette électronique, très facilement, sans effort, à mon rythme.
    Aujourd’hui, je conserve ma Egigarette dans mon camion, au cas ou…
    Une rechute est si vite arrivée, j’aimerais autant vapoter quelques tafs sur ma Ecig que sur ces putains de merdes vendues dans les bureaux de tabac.
    Ma femme a elle aussi arrété les « vraies » clopes au profit de sa Ecigarette depuis 6 mois. Elle a retrouvé le souffle, le gout, l’odorat… et pareil, sans effort.
    Du coup, elle fume et moi plus, mais elle ne m’intoxique pas, ni nos enfants, famille, amis…
    Je ne vois pas ce que lui reproche la ligue, si ce n’est que si les gens arrêtent le tabac, ils faudra qu’ils se trouvent un autre business 😀
    Ou alors, ils n’y connaissent vraiment rien…
    La Ecig, ca MARCHE et bien mieux que patch, gommes ou autre daubes !!!
    j’en suis la preuve !!!
    et il y a des milliers de gens qui peuvent en témoigner !

  13. karen - entre clopine dit :

    Merci à l’aiduce, merci de ne pas laisser des propos etre tenus ainsi, quand je vois des clients qui fumaient 60 cigarettes par jour vapoter depuis 3 mois et ne plus toucher a la cigarette, je suis insurgee de lire les propos de la ligue contre le cancer…

  14. gilles dit :

    2 paquets de fortes par jour pendant 20 ans et depuis la cigarette électronique plus rien !
    Même pas envie et à ce que je lis partout sur le web ça se répand…
    En soit c’est déjà une grande victoire et même si l’on ne connait pas vraiment les incidences à long terme de la e-cig, le corps parle : retrouver le goût, le souffle et de l’énergie suffit à prouver qu’elle est de toute façon moins nocive.

    Voilà encore une démonstration d’un comportement qui m’exaspère dans notre pays : dans le doute on s’arrête, on parle trop et on bloque tout.
    D’autres avancent pendant ce temps là….

  15. mulon dit :

    Mais bien sur Mrs et Mmes les fabricants de cig elect. n’ont qu’un seul but: aider les pov’ fumeurs a s’arreter! Et tout comme la centrale de Fukushima est sous contrôle, rien n’est nocif dans ce produit miraculeux. D’ailleurs il devrai etre distribue dans les ecoles pour eviter la tabagie ulterieure. Et pendant ce temps la, la marmotte va s’en griller une petite.

    • julien dit :

      Rien n’est gratuit dans la vie, il est normal que la E cig soit vendue, qu’il y ai de la concurrence, que les prix soient différents, qu’il y ai forcement un business pour améliorer et proposer de la nouveauté !
      Pour avoir essayé patchs, champix, ziban (sans succès) et avec des effets secondaires déplaisant voir dangereux pour certains, je peux te dire que l’état ne fait rien pour aider les fumeurs à arrêter, c’est juste un business de plus pour l’état, un complément du tabac, sachant que l’argument de vente des patchs ou médoc c’est la phrase magique « ça vous revient au même prix qu’un paquet de cigarettes par jour » mais attention pour que ça marche faut le faire pendant minimum 6 mois et donc payer 6 mois avec un pourcentage d’arrêt très faible ! Pour ceux qui y arrivent, je pense que sans rien ils étaient capables de le faire également.

      Quand on voit qu’un fumeur qui se met à vopoter retrouve petit à petit sa forme, l’odorat, le gout, l’haleine normale, les habits sans odeurs, ne polluent plus l’entourage, etc etc c’est pas pour rien, et c’est même sans commentaire !

  16. Philippe de Valon dit :

    Si on refuse tout ce qui peut faire penser de près ou de loin à la cigarette, il fait faire de même pour l’alcool et interdire d’urgence le Champomy !!! Quelle tristesse qu’une société devenue tellement dogmatique qu’elle prétend intervenir sur des comportements, même au détriment de la poursuite effective de ses buts. C’est toujours le début des dictatures. Et quel scandale que des associations de lutte contre le cancer ou un prétendu Ministre de la santé veuillent rendre au néant le seul substitut efficace au tabac que je connaisse, ayant été gros fumeur, faisant passer leur bonne conscience avant le santé de ceux qu’ils sont censés protéger. Il est urgent de remplacer notre délétère principe de précaution par un vrai principe de responsabilité…

  17. Dufossé dit :

    Je n’ai rien contre personne, sauf quand on me prends pour ce que je ne suis pas. La cigarette électronique peut être une aide, alors aidons la. Je suis fumeur. Et UNE CHOSE QUI SURE, C’EST QUE CE N’EST PAS LA LIGUE CONTRE TOUT QUI VAS M’AIDER. Plus le temps passe et plus je pense que la cigarette électronique me seras plus utile que les patch ou autres produits pharmaceutiques à effets secondaires peut-être pire que la solution.

  18. LVD dit :

    « C’est très certainement la conséquence d’une lecture distraite, espérons-le. » Pour ne pas dire de la mauvaise foi meurtrière. Quand j’ai arrêté le tabac avec la cigarette électrique, je n’avais aucun doute que je réussirai. Le seul doute que j’avais que j’aurais comme effet secondaire d’être assimilé à cette idéologie sectaire des anti-tabacs. Mieux de fumer et envisager un décès précoce que de devoir vivre dans cette doctrine fascistoide. Mais avec la cigarette électrique il n’y a aucun souci à ce point. Peut être la raison de son énorme succès.

  19. Françoise TROUILLAS dit :

    La seule méthode qui m’a permis de ne plus du tout fumer, c’est le vaporisateur personnel, avant je fumais 60 cigarettes par jour, je fumais depuis l’âge de 14 ans et j’en ai 56! depuis bientôt 6 mois je n’ai pas touché une vraie cigarette, et je ne tousse plus le matin!
    Mon père est mort du cancer du fumeur, il a beaucoup donné à la Ligue!! S’il était encore là, il vapoterait!! La Ligue est là pour éviter que les personnes contractent le cancer, pas pour dicter sa Loi plus ou moins troublée par des intérêts totalement flous!
    Il faut foutre la paix aux vapoteurs! nous ne dérangeons personne, nous avons juste pris conscience qu’il existait enfin une solution stable pour sortir de la tabagie. C’est tout!
    Françoise

  20. TAMBOURIN dit :

    Bonjour,

    Je suis horrifiée par les propos tenus par la ligue nationale contre le cancer.
    En effet, j’ai 60ans, je fumais depuis l’âge de 18 ans. Il y a trois mois, j’ai essayé la cigarette électronique et je n’ai pas retouché une cigarette depuis. PAS UNE!!!!! alors que j’étais une grosse fumeuse( environ 2 paquets par jour)
    En trois mois j’ai réussi à baisser mon taux de nicotine au plus faible actuellement et je compte bien me passer de la vapote prochainement. Alors voilà , le constat est vite fait. J’ai perdu tous les rapports que je pouvais avoir avec la cigarette sans effet de manque. Juste un peu de volonté et l’aide de la vapote.Je suis très fière de moi car jusque là rien n’avait pu me faire arrêter le tabac et là , j’ai retrouvé mon souffle , le goût des aliments, la couleur de ma peau, la liberté. Je gère très bien ma cigarette électronique qui n’a rien à voir à mes yeux avec une cigarette.Si la ligue préconise l’interdiction de ce produit, n’aurait-elle pas du interdire le tabac il y a bien longtemps ? De qui se moque t-on ? Quels autres intérêts sont en jeu? En tout cas pour ma part je ne dirai jamais assez merci à l’inventeur de la cigarette électronique.

  21. François dit :

    Bientôt trois ans que j’ai remplacé le tabac par la cigarette électronique. Que vais-je faire si elle est interdite ? Je reprends le tabac ?? Je m’attrape un cancer du fumeur ???

    Moralité:

    Tous ceux qui sont pour l’interdiction de la cigarette électronique sont des irresponsables et des assassins…

  22. Fabien dit :

    Bravo Bravo bravo !!!!!!!

    Des études sur la santé existent déjà…je ne comprends pas leurs propos ?

    http://www.youtube.com/watch?v=qkqmDxQrk2k

    Et voici la vidé officielle du Dr. Farsalinos:
    http://www.youtube.com/watch?v=clGmu7jeSuY

    Ou est la vérité alors ???

    Merci pour ce que vous faites !

  23. isabelle dit :

    bonjour c est une honte moi et mon conjoint nous avons utiliser la « vapote » pour arreter le tabac nous fumions depuis 20 ans pour ma part et 28 pour mon mari avec de nombreux essaie d arret et rien sauf avec la cigarette electronique en 6 mois cela a été réalisable sans aucun effort ni coup dur moi je suis fier de cela et je le dis autour de moi car notre pays il y a de nombreuses années fournissé les cigarettes dans les pactages des militaires tous sans exception fumeur ou non fumeur il cherchait quoi a nous rendre acros a une drogue qu il legalise en le taxant et surtaxant et le cancer ils s en preocupe????? la vapote est super pour arreter de fumer!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*