Journée Mondiale contre le tabac : une conférence de presse bâclée.

act_logo

À l’approche de la Journée Mondiale contre le tabac le 31 mai, l’Alliance contre le tabac a organisé hier une conférence de presse à l’Assemblée nationale, à laquelle l’AIDUCE a assisté. Une partie des propositions concernait un durcissement des contrôles anti-tabac, notamment l’interdiction de fumer devant des enfants, que ce soit sur les terrasses des cafés, en voiture, dans les parcs ou sur les plages et une autre consistait en une attaque en règle contre le vaporisateur personnel (VP), couramment appelé cigarette électronique.

Tout en reconnaissant que le VP est «infiniment moins nocif et contribue à aider les fumeurs», l’Alliance préconise que son utilisation soit tout aussi contrôlée que les produits du tabac.
Sous prétexte que le VP ne doit pas devenir un produit d’appel et d’initiation pour les plus jeunes, qu’il ne doit pas être utilisé pour contourner la réglementation appliquée à la consommation du tabac, qu’il faut « contrôler l’exposition à la fumée de tabac et de l’e-cigarette », il devrait être banni des endroits interdits aux fumeurs de tabac, soit dans les cafés, en voiture, dans les parcs et sur les plages.

Interpellée par l’Aiduce qui a rappelé que toutes les études connues, y compris la toute dernière de «Paris sans tabac», démontrent que le VP constitue une passerelle pour sortir du tabagisme et non l’inverse, «l’expert» de l’Alliance n’a pu répondre qu’en évoquant vaguement l’existence «d’études américaines» indiquant que le VP inciterait les jeunes à fumer.
Cet «expert» n’étant pas en mesure d’en citer les références exactes, nous pensons qu’il s’agit d’une enquête publiée par le « Center for Disease Control and Prevention (CDC) », dont les gros titres accompagnant sa parution proclamaient que «de plus en plus de jeunes Américains fument la cigarette électronique». En fait l’Aiduce, tout comme de nombreux scientifiques ayant analysé en détail les données de cette enquête, a pu démontrer que seuls environ 0,5% des non-fumeurs interrogés avaient déclaré avoir utilisé au moins une fois une cigarette électronique. Il s’agit là d’un cas classique de détournement de données et de désinformation tristement repris par «l’expert» pour justifier une prohibition totale de vapoter en lieu public.

Parmi d’autres justifications fournies, la vapeur produite par le VP serait aussi nocive que le tabagisme passif. Nous rappelons à l’Alliance que d’après l’OFT : « les conséquences pour la santé du vapotage passif sont moins importantes que l’exposition à la fumée du tabac, voire à la limite de la signification clinique», en clair quasiment nulles et que si les pouvoirs publics devaient interdire tout ce qui produit des émissions à la limite de la signification clinique, nous retournerions à l’âge de pierre !

Pour couronner le tout, le représentant de l’association DNF, pour conforter sa défense fanatique de la « dénormalisation du geste », a proclamé que : « le Larousse définit que vapoter, c’est fumer ! »

Il est en effet étonnant que le comité de rédaction du Larousse n’ait pas pris la peine de vérifier auprès des utilisateurs, ceux-là même à l’origine de ce néologisme, quelle en était leur définition, préférant à la place prendre part au débat politique qui entoure le VP.

Nous rappelons à DNF que l’éditeur du Petit Robert, ne servant, lui, que les exigences de la lexicographie, définit ainsi le verbe de façon neutre : « Vapoter [vapte] v. intr. 1– 2008¬ de vapeur Fam. Utiliser une cigarette électronique. — N. m. (2011) vapotage. »

Nous prenons bonne note de l’argument utilisé pour justifier une interdiction outrancière du VP dans les lieux publics qu’il représenterait un moyen de contourner la législation sur le tabac.
Mais quelle erreur de logique ! Un contournement présuppose une volonté de fumer du tabac là où c’est interdit et puisque le VP, ne contient pas de tabac, qu’il n’est pas un produit du tabac (rappelons que la nouvelle Directive européenne ne le définit pas ainsi) ; et qu’il n’y a ni combustion ni d’effet nuisible sur l’entourage, comment peut-il y avoir contournement de quoi que ce soit ?

L’AIDUCE regrette vivement que l’Alliance ne saisisse pas l’occasion de cette Journée Mondiale contre le tabac pour encourager l’adoption du VP par les fumeurs.
Certes, si l’Alliance comprend parmi ses membres de vrais experts qui comprennent les enjeux de ce combat, elle devrait prendre garde de ne pas héberger des fanatiques de la «dénormalisation» d’un comportement, au risque de la détourner du but recherché.

Il n’est pas contestable que le VP, notamment grâce à ses plus récentes évolutions, représente le moyen le plus efficace de combattre le tabagisme, en témoignent les conclusions non déformées de toutes les études sérieuses sur ce dispositif, la dernière en date étant celle du prestigieux « University College » de Londres, qui révèle qu’un cinquième d’une population de fumeurs qui ont adopté le VP ont complètement abandonné le tabac.

Ouvrez les yeux : quel outil ! Quel miracle !

Publié dans Actions de l'AIDUCE Tagués avec : , , , ,
4 commentaires sur “Journée Mondiale contre le tabac : une conférence de presse bâclée.
  1. ROLLAND Yvon dit :

    Je suis surpris que sur le site de l’OFT, il ne soit pas possible d’accéder aux résultats de l’étude « Paris sans tabac 2014 » !
    Seul lien présent sur le site(mais qui ne mène à rien non plus): « Résultats Enquête PST 2010 », et donc les résultats étaient semble t-il beaucoup plus « catastrophiques » concernant le tabagisme chez le collégiens.
    Est-ce volontaire ?

  2. ROLLAND Yvon dit :

    Vérification faite, le Pr Bertrand DAUTZENBERG, président de l’OFT qui a mené l’étude « Paris sans tabac 2014 » et dont les résultats démontrent que la cigarette électronique n’est pas une passerelle vers le tabac pour les jeunes, fait partie du bureau de cette « Alliance contre le tabac ». Le Pr Dautzenberg a lui même qualifié ces résultats de « vraie surprise » et « contraires à ses craintes » concernant cet « effet passerelle ».
    N’était t-il pas à cette conférence?
    Peut-être pourrait t-il présenter les résultats de cette étude à cet expert. Au moins cet expert saurait d’où vient cette étude !

  3. guimani dit :

    Je suis complètement écœuré à la lecture de cet article. J’ai 34 ans et je me suis fait amputer de la jambe droite à cause d’une maladie cardio-vasculaire. Le tabac a complètement détruit mes artères. Depuis que je me suis mis à vapoter je n’ai plus du tout touché à une cigarette. Arrêt instantané, alors que toutes les autres méthodes avaient échouées. Et ce, malgré la menace d’une autre amputation.
    Ces personnes, qui luttent contre la vap’ sont de véritables criminels. Sincèrement, je me demande s’ils ne sont pas corrompus. En tout cas, un grand merci à vous,qui vous battez pour défendre nos libertés. Je me tiens à votre disposition pour mener le combat. Je lance également un appel à tout le monde, levons nous et crions notre écœurement face à tant d’hypocrisie et tant de corruption. La vap’ sauve des vies, la clope en détruit. C’est irréfutable.

  4. Christian Faure dit :

    « l’interdiction de fumer devant des enfants, que ce soit sur les terrasses des cafés, en voiture, dans les parcs ou sur les plages »

    en définitive, le seul endroit, qu’il va rester aux fumeurs, c’est dans leur appartement, avec leurs gamins …

    sinon, l’alliance ferait bien de se doter d’intervenants un peu plus crédibles. ils pourraient prendre exemple sur l’aiduce, pour ce faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*