Nicotine et Covid-19 : Une enquête auprès de plus de 5000 vapoteurs

Communiqué de presse

Les vapoteurs se sont mobilisés. En 4 jours seulement, un questionnaire en ligne a permis de sonder plus de 4 000 foyers, représentant près de 10 000 personnes en France dont 5 000 vapoteurs. Par rapport à la population générale, les résultats provisoires ne montrent pas de différence du taux de suspicion de contamination chez les vapoteurs.

Enquête française vapotage / Covid-19

Le sondage lancé par les associations Aiduce et Sovape, avec la collaboration du Pr Bertrand Dautzenberg de Paris Sans Tabac, a recueilli des données sur plus de 10 000 personnes en quatre jours. Le traitement provisoire des premières données sur 4 000 foyers compte 9 824 personnes, 2,5 % d’entre elles déclarent une suspicion de contamination par le Sars-Cov-2. Parmi les 4 315 vapoteurs exclusifs de l’échantillon, 2,8 % suspectent être infectés. Les différences entre fumeurs, vapofumeurs, vapoteurs et non-consommateurs de produits nicotinés ne semblent pas significatives.

Suspicion similaire entre vapoteurs et le reste de la population

Les données du sondage concernent 44 % (4 315) de vapoteurs exclusifs, 8,3 % (816) de fumeurs exclusifs, 6,8 % (663) de vapoteurs aussi fumeurs et 40,9 % (4 011) de non-consommateurs de nicotine [1]. Une part des non-consommateurs de nicotine sont des enfants, extrêmement peu susceptibles de symptômes. En regard des autres évaluations nationales, la part de vapoteurs et de leurs proches soupçonnant avoir des symptômes de Covid-19 semble proches des premières estimations générales.

D’autres estimations

Selon l’estimation au 31 mars de l’équipe de modélisation de l’Imperial College de Londres, le taux de personnes pouvant avoir été infectées par le virus en Europe se situe entre 1,8 % et 11,4 %. Les chercheurs avancent avec beaucoup d’incertitude une estimation à 3 % en France [2]. MG France, syndicat de médecins généralistes, a réalisé une enquête qui évalue à 2 % le nombre de diagnostiqués avec des symptômes de Covid-19 en cabinet [3].

Enfin, selon les déclarations du président du Conseil scientifique, Pr Jean-François DELFRAISSY, le taux d’immunité dans les premières mesures dans l’Est et l’Oise serait de 10 à 15 % (total des personnes ayant pu être infectées, et donc immunisées).

L’énigme du rôle de la nicotine

À l’origine du lancement du sondage, les données intrigantes d’études chinoises et des statistiques du CDC américain[4] montrent un taux de fumeurs atteints par le Covid-19 de quatre à dix fois inférieur à la prévalence tabagique en population générale. Ces résultats interrogent sur un possible rôle de la nicotine, comme l’a évoqué sur France Info le Pr Jean-François DELFRAISSY, président du Conseil Scientifique du gouvernement [5].

La plus grande prudence est de mise, car ces données sont préliminaires et les éléments d’explication possible parfois contradictoires. Dans ce contexte, un sondage a été lancé auprès des vapoteurs, solide communauté capable de se mobiliser sur les questions de santé. Cette extraction des données de l’enquête citoyenne n’est pas strictement scientifique. Les résultats provisoires sont des indices, à lire avec précaution et diffuser pour l’information du public.

Appel aux autorités, aux chercheurs et aux médecins

Bien que portant sur près de 10 000 personnes, cette enquête citoyenne est non-conclusive sur un effet protecteur majeur de la nicotine. Les premières données ne montrent aucun effet positif ou négatif majeur du vapotage face au risque de contracter le Covid-19 pour les vapoteurs et leur entourage. Il ne confirme ni l’hypothèse d’un effet protecteur de la nicotine ni les messages alarmistes propagés contre le vapotage [6].

Rappelons aux vapoteurs, les conseils de respecter les gestes barrières déjà diffusés : respecter une distance sociale de 2 mètres, se laver les mains fréquemment, ne pas partager son vaporisateur personnel, le nettoyer fréquemment [7].

Nous appelons les autorités de santé et le Conseil scientifique du gouvernement à mettre tout en œuvre pour affiner l’observation et fournir au plus vite des données. Les médecins devraient questionner leurs patients sur le sujet pour collecter des données exploitables sur les modes de consommation de nicotine et l’historique tabagique des patients pour améliorer les connaissances au moins observationnelles.

Nous appelons les chercheurs compétents à prendre en considération ces facteurs dans le décryptage des études existantes ou dans le cadre de nouvelles recherches.

Rappel : fumer favorise des maladies graves

En l’état des connaissances, 98 % des malades infectés par le Sars-Cov-2 en guérissent [8]. De son côté, le tabagisme entraine des maladies. A terme, un fumeur sur deux qui continue de fumer en meurt prématurément, 75 000 décès évitables chaque année en France [9].

Arrêter de fumer reste une des meilleures préventions sanitaires. L’usage de la nicotine sans fumée, par vapotage ou substituts nicotiniques, augmente significativement les chances de réussir à arrêter de fumer.

Nous remercions très chaleureusement les très nombreux vapoteurs qui se sont mobilisés en un temps record de quatre jours pour participer à l’enquête et contribuer à la recherche de connaissances.


[1] La catégorie des consommateurs de substituts nicotiniques exclusifs a été mise de côté en raison du nombre trop faible de personnes (19) pour être représentative.

[2] Selon une étude anglaise, 2 millions de Français seraient infectés par le coronavirus, Olivier Monod, Libération 3 avril 2020

[3] Un million et demi de Français pourraient avoir contracté le coronavirus, Solveig Godeluck, Les Echos 7 avril 2020 (MàJ 9 avril)

[4] Preliminary Estimates of the Prevalence of Selected Underlying Health Conditions Among Patients with Coronavirus Disease 2019 — United States, February 12–March 28, 2020, CDC 3 avril 2020

[5] Covid 19 et cigarettes : un effet nicotine ? Des études à prendre avec beaucoup de précaution, Sud-Ouest avec AFP 10 avril 2020

[6] Covid-19 et vapotage : OUI aux gestes barrières, NON aux fake news !, Sovape 27 mars 2020

[7] Le vapotage, SARS-Cov-2 & COVID-19 : informations techniques pour les vapoteurs, Aiduce 25 mars 2020

[8] Coronavirus : «Quel est le pourcentage de guéris comparé au nombre d’hospitalisés ?», Nicolas Berrod, Le Parisien 20 mars 2020 (MàJ 21 mars)

[9] Estimation du nombre de décès attribuables au tabagisme, en France de 2000 à 2015, Christophe Bonaldi, Marjorie Boussac, Viêt Nguyen-Thanh Santé publique France, 15 mars 2019

Tagués avec : , , , ,
Un commentaire sur “Nicotine et Covid-19 : Une enquête auprès de plus de 5000 vapoteurs
  1. Konstantinos Farsalinos dit :

    You hsve misunderstood the hypothesis. Nicotine has no known antiviral properties, so it cannot act as chemoprophylaxis. Your data just show that vaping (and nicotine) is not chemoprophylaxis. So the data are perfectly normal, but not useful for the hypothesis I published. My hypothesis is that nicotine may reduce the risk for HOSPITALIZED COVID-19. This means: nicotine users will be infected with the virus at the same rate like everyone else, but their disease will be milder and would not require hospitalization. So, your findings are normal and expected, but they show nothing relevant to sverith of COVID-19 and need for hospitalization.

2 Pings/Trackback pour "Nicotine et Covid-19 : Une enquête auprès de plus de 5000 vapoteurs"
  1. Est-il vrai que les consommateurs de nicotine contractent moins le Covid-19 ? - Tounesna News dit :

    […] Le retour des associations d’utilisateurs de cigarette électronique ne semble toutefois pas aller dans ce sens. Selon l’analyse d’un questionnaire transmis début avril à plusieurs milliers d’adhérents des associations AIDUCE et SOVAPE, le taux de patients suspectés d’être Covid+ étaient analogues qu’il y ait consommation de nicotine ou non – voisin de 2,5%. «Bien que portant sur près de 10 000 personnes, cette enquête citoyenne est non conclusive sur un effet protecteur majeur de la nicotine, notent les associations dans un communiqué. Les premières données ne montrent aucun effet positif ou négatif majeur du vapotage face au risque de contracter le Covid-19 pour les vapoteurs et leur entourage.» […]

  2. COVID-19 : Pas plus de suspicion de coronavirus chez les vapoteurs selon une enquête de l'AIDUCE dit :

    […] un récent communiqué publié par l’AIDUCE / SOVAPE, les associations affirment que des résultats provisoires d’une récente enquête ne […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*