Recours au Conseil de Déontologie Journalistique

atomnium

Suite à ce qui restera dans les annales sous le vocable de : « vague de désinformation japonaise » ( http://www.aiduce.org/medias-vers-un-me … jectivite/ ) la section belge de l’AIDUCE a décidé de prendre contact avec l’ensemble des médias francophones* ayant relayé le communiqué incriminé sans effectuer le moindre recoupement d’informations sur le fond.

Au final, les seuls « Gojimag » ( RTL.be ) et édition en ligne du « Soir » ont laissé les articles incriminés en l’état. Il sont d’ailleurs toujours visibles en ligne à l’heure où nous publions ce communiqué.

Nous avons donc décidé de suivre, en toute transparence, la procédure pouvant mener à un dépôt de plainte devant le Conseil de Déontologie Journalistique ( CDJ ) http://www.deontologiejournalistique.be

Un premier courriel détaillé, faisant état de nos remarques et des éléments critiques fournis par les réactions de scientifiques reconnus, a été adressé ( le 23/12/2014 ) aux deux rédactions concernées de façon personnalisée et annonçant la possibilité d’une recours au CDJ.

Faute de réponse de quelque nature, ou de modification sur le fond du contenu, nous avons adressé ( les 12 et 13/01/2015 ) des courriels de rappel reprenant l’intégralité des premiers messages.

Nous étant heurtés à la même indifférence nous avons donc décidé ce 22 janvier courant d’adresser, par courriel au CDJ, deux demandes de procédure.

Celles-ci suivent donc leurs cours conformément au mode opératoire en vigueur, dont vous pourrez prendre connaissance à cette adresse : http://www.deontologiejournalistique.be/?plainte-schema .

Qu’il soit clair pour tout le monde que notre propos n’est pas d’attaquer une rédaction ou des journalistes pour la forme, voire sous l’emprise de quelque pulsion démagogique. Nous respectons cette profession et reconnaissons sans équivoque son droit à l’expression dans la plus grande liberté.

Mais nous ne pouvons pas non plus demeurer passifs à la diffusion, sans recoupements critiques, d’informations manifestement erronées et dénoncées comme telles par une part représentative des milieux scientifiques. D’autant qu’en l’occurrence le fait est reconnu par l’auteur de l’étude lui-même.

C’est donc dans le cadre des activités prévues par les statuts de l’AIDUCE, et dans le seul but de veiller à la rigueur de l’information donnée par les médias au sujet d’un domaine touchant à d’importants enjeux de santé publique, que nous avons entamé sans plaisir cette démarche.

Et que nous nous en remettrons à la décision finale du CDJ.

Étant entendu que, quelle que soit celle-ci, nous agirons systématiquement de la même manière dans le futur, s’il échet et sans distinction de média. Sachant aussi que le recours au CDJ n’est pas la seule voie de droit, qu’il s’agisse de procédure ou de toute autre manière de manifester – courtoisement et constructivement – notre volonté de faire entendre la voix de l’AIDUCE en Belgique, dans l’intérêt de tous.

.

*La procédure au CDJ peut inclure des médias néerlandophones en plus de ceux des rôles linguistiques francophone et germanophone. S’agissant de notre première intervention de la sorte, et dans le but de ne pas empiéter sur les prérogatives de nos homologues de l’ACVODA, avec lesquels nous entretenons des rapports suivis, nous avons toutefois décidé de limiter nos interventions aux seuls médias francophones concernés. Pour cette fois, en tout cas.

Publié dans Actions de l'AIDUCE Tagués avec : , , , , ,
12 commentaires sur “Recours au Conseil de Déontologie Journalistique
  1. Isa33 dit :

    Bravo pour cette démarche et un grand merci à ses initiateurs !

  2. bernadiou dit :

    tardivement, bravo !
    Cette désinformation autour de la e-cig est un vrai scandale

  3. Aime-ti dit :

    Bravo pour cette action.
    En Belgique, le soir publie vraiment n’importe quoi en ce moment :
    Autre exemple :
    http://www.midilibre.fr/2015/01/24/aveyron-cherie-je-pars-pour-la-scierie-et-la-presse-belge-s-emballe,1115585.php

    • Patrick Germain dit :

      Merci, Aime-ti. Et pour ce bon moment… Il est vrai qu’au-delà de l’anecdote on se trouve devant une illustration de ce que je considère personnellement comme l’erreur fondamentale des « grands médias » sur la Toile : leur vocation n’est pas « d’entrer dans la course », mais de faire le tri et d’apporter le recul qui signe l’expertise de journalistes professionnels, permettant ainsi aux internautes de se forger un avis personnel sur une base critique. Ils perdent leur âme à vouloir courir après le buzz.

  4. Groucho dit :

    Un grand bravo aux vapoteurs belges pour cette démarche ! Les choses commencent à bouger en Belgique, et vos prises de contact et initiatives y sont pour beaucoup.

    • Patrick Germain dit :

      Merci. Ça bouge un peu tous azimuts, et nous participons à cette dynamique du mieux que nous le pouvons. Dans un contexte toujours délicat, où beaucoup de choses se passent en petits comités voire en colloques singuliers, il est difficile de mesurer la portée de nos démarches ; mais il est clair que si nous ne faisions rien ce serait beaucoup plus simple à déterminer.

  5. vandezande dit :

    Vous pourriez vous en prendre au vif l’express qui n’est en reste pour médire la vap. Vous avez du travail car le corps médical est vraiment en retrait même au niveau universitaire (UCL) où l’on préfère voir les patients fumer plutôt que vapoter (pas plus tard qu’il y qqles jours). Courage et bravo? L’étude américaine à de nouveau fait des dégâts.

    • Patrick Germain dit :

      En l’occurrence, le Vif l’Express avait très rapidement corrigé le tir en refondant son papier avec objectivité

      L’aberration prohibitionniste, avec son maquis de réglementations, a fort habilement réussi à reléguer une vape encore peu développée en Belgique, à l’époque, dans une marginalité propice à tous les phantasmes. Rendant délicates, par voie de conséquence, les prises de positions en sens contraire.

      Elle en sort peu à peu, et nous ne sommes pas ( plus ) seuls à y travailler dans un esprit constructif. En ce compris dans la communauté scientifique et le monde médical. Mais il y a encore du chemin à faire pour au moins récupérer les dégâts tout en faisant face – en effet – à l’apparition sporadique de gros titres basés sur de grosses approximations qui doivent bien profiter à quelqu’un.

      Résiste et mords, dit-on dans mon coin

  6. Yvon Novy dit :

    Bravo !
    Il faut faire entendre la voix de l’Aiduce, et donc celle des vapoteurs !
    Malheureusement, cela prend du temps, et un grand nombre de médias ont encore « récidivé » avec cette nouvelle « étude américaine » depuis 2 jours.
    Mais si cela peut dissuader les médias de tomber dans une recherche d’infos sensationnelles et alarmistes à propos de la cigarette électronique, ça ne pourra être que positif !

    • Patrick Germain dit :

      Merci

      Comme vous le dites, ça prend du temps et les bénévoles que nous sommes sont loin de faire un escadron. Mais de la même manière que notre vécu nous a incités à nous engager il nous incite à continuer. Nous savons, comme vous, ce que la vape nous a apporté et qu’elle doit pouvoir continuer d’apporter à d’autres. C’est un solide moteur

      La position des médias évolue. Lentement. Trop lentement sans doute, mais elle évolue. Ils sont aussi le reflet de la société, et comme je l’ai écrit plus haut, nous revenons de très loin sous nos belges latitudes.

      Contrairement à ce qui s’est globalement produit lors de la « vague japonaise », même si c’est timidement et sous de gros titres toujours bien anxiogènes ( … bien accrocheurs, donc… ) des éléments de pondération ont été inclus dans quasiment tous les articles traitant de la « vague US » qui achève de déferler. Nous ne pouvons que nous en réjouir, même si nous sommes encore loin du compte.

      … encore heureux qu’on va vers l’été…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*