Témoignages

Vous pouvez poster ici vos témoignages et commentaires, raconter votre parcours dans la vape, exposer vos opinions et expériences sur cette alternative au tabac.

367 commentaires sur “Témoignages
  1. Maxou dit :

    J’ai commencé à fumer vers l’âge de 16 ans , j’ai 49 ans, et au moins deux paquets jours.
    J’ai tous essayer bonbon niccotine sans aucun effet sur moi avec des doses qui ferait peur, par la suite les patch est les plus fort, même plusieurs à la fois je fumer toujours au temps, Champix ou Ziban sur ordonnance pas arrêter du tous et 3 essais avec chaque cachets etc…
    J’ai essayé la cigarette électronique la basique forme de clop, y avait un bon début, je suis alors au modèle bien plus puissant de type box un super atomiseur,
    Et là miracle plus retoucher de cigarette, au début au 11 mg 3 mois a peine au 6 mg et maniement du 3 mg et même du 1.5 mg (1 de 3 mg et de 0 mg = 1.5 mg pour info), je vape avec plaisir sur dripper et atomiseur Suisse très connu avec de bonne Box haut de gamme, et le pied plus d’envie de clope, juste le plaisir des arômes de la vape.
    Mais demain j’ai plus ce genre de matériel reconstructible, je sais et je suis conscient que je retourne direct au tabac, et petite cigarette électronique que le secteur du tabac veut imposer, ça ne sert à rien, de la Me….. Pour être polie.
    De toute façon l’état et manufacturier de tabac, ce moque de santé des gens, seuls les taxes comptent et le monopôle des grands groupes.
    Toute les règlementations mis en place et celle à suivre pour la cigarette électronique ont pour but de taxer au maximum (nous sommes des vaches à lait), la réglementation des flacons de 10 mg on comme objectifs que la taxe comme le paquet de cigarette…
    Il faut le dire, on veut en merder les vapoteurs, uniquement pour rapporter un maximum de taxe à l’état et compenser la baisse de vente de tabac pour les manufacturiers, qui font la pluie et beau temps avec leurs puissance financières, le jour qu’il auront le monopole avec leurs petite clop logic par exemple et bien là l’état dira oui c’est bien pour la santé.

    Pas grave, perso, j’ai des mod méca, box au top , atomiseur et dripp etc.. Pour plus de 15 ans d’avance, donc

  2. NOURRY DORIAN dit :

    Bonjour,

    Je voudrais aussi apporter mon témoignage. Cela fait depuis septembre 2014 que je vape et donc 2 ans que j’ai arrêté la cigarette grâce à la cigarette Electronique. Je voudrais préciser aussi que j’ai retrouver plus de souffle assez rapidement, l’odorat et le gout se sont sensiblement améliorer.
    Si certaines personne n’ont pas réussi à arrêter la cigarette ou on repris la cigarette après la vape on oubli de dire que beaucoup on réussi à remplacer la cigarette par la vape.
    Les lobbyngs du tabac et des groupes pharmaceutique vont vite relayer les échecs et essayer d’étouffer les réussites.
    Si nous pouvions avoir un site , un médias qui publi régulièrement les réussites nous serions plus fort face à ses lobbings. Un site ou chaque revendeur de cigarette électronique proposerais à leurs clients de poster leur témoignage d’arrêt de la cigarette qui recenserais une bonne fois pour toute la véritable réussite de l’arrêt du tabac et éradiquer la polémique dans laquelle les lobbyngs veulent plonger l’opinion sur les vapoteur.

  3. Vapeur Sans Peur (mais avec reproches) dit :

    Bonjour,

    Un petit mot pour soutenir tous celles et ceux qui luttent pour préserver notre liberté de vaper et je les en remercie chaleureusement.Bientôt quatre que j’ai arrêté les tueuses,c’était grand temps,j’avais un poumon bien détérioré,maintenant le mieux être est flagrant.Il faut que nos politiciens aient pour une fois le courage de l’honnêteté et de préserver la cigarette électronique,contre des lois faites par et pour l’industrie du tabac,qui est responsable de dizaine de millions de morts (centaines ?) depuis son existence et de centaines de milliards de coûts en soins contre le cancer du au tabac.
    Dans un contexte de crise économique et d’économie d’état,la cigarette électronique fait partie des outils efficaces a long terme pour diminuer très fortement,les énormes dépenses de santé liées aux cancers du tabac.Dans ces conditions, a part pour caresser dans le sens du poil, le lobby du tabac meurtrier,pourquoi risquer de faire disparaître le premier et seul outil réellement efficace,dans l’aide a l’abandon de l’usage du tabac.
    Mesdames et Messieurs les politiciens vous aurez a répondre devant la justice de votre soutien assassin au lobby du tabac,ne rajoutez pas a la défiance qu’a déjà le peuple a votre égard.Montrez lui que vous savez faire preuve de discernement et d’honnêteté et agissez en conséquent.Vive la vape libre ! No Passaran !

    • jb dit :

      le probleme c est que les lobby apprennent a nos politiques les dessous de l economie du tabac et ses avantages pour l état : taxes + cotisations retraites à ne pas payer car les personnes meurts + industries pharmaceutiques qui paient des impots et taxes malgré le prix de vente de leurs médicaments = bénéfices malgré tout je ne saurais retrouvé l article en question c’est un ancien commercial de l industrie du tabac qui en faisait témoignage

  4. Fred dit :

    Bonjour,

    Première cigarette (gauloise brune) à 12 ans…Dernière cigarette (JPS longue, 30 clopes/jour) à 50 ans.
    38 ans de tabagisme acharné (et légal). Et un jour, sans vouloir vraiment arrêter la clope, je goûte une e-cigarette…là, miraaaacle !!! En 3 semaines, arrêt de la clope et découverte du plaisir de la vape.
    C’était dur au début; combattre le manque de toutes les substances toxiques présentes dans les cigarettes (goudron, arsenic, monoxyde de carbone etc, etc, etc…), changer les habitudes du fumeur, ne plus avoir l’addiction de la clope du matin, la clope d’après le déjeuner, la clope du soir…
    Au bout de 3 mois, ce difficile sevrage terminé, j’allais beaucoup mieux physiquement…maintenant ça fait presque 2 ans que je vape et j’ai retrouvé la forme.
    Défendons la vape contre tous ces lobbies qui veulent se faire encore plus de pognon avec cette merveilleuse invention chinoise ! Tous ensemble…VIVE LA VAPE LIBRE !!!!

  5. Thieum dit :

    Bonjour,
    1 paquet par jour pendant 25 ans. J’ai arrêté la tueuse du jour au lendemain sans aucun effet de manque.
    Après avoir tout essayé biensûr : du patch à l’hypnose, en passant par le Champix et Zyban.
    Voilà, pas de commentaires supplémentaires soir mon parcours personnel ; je souhaitais simplement hurlé ici mon soutien à votre association.

  6. Luc dit :

    2 ans… 2 ans maintenant, que j’ai réussi à me passer totalement de cigarette. Sans aucune prise de poids, sans mauvais caractère, je n’y vois que du bonheur.

    Un soir, en rentrant du travail, je me décidais à pousser la porte d’un marchand de cigarette électronique, sans grande conviction. Oui, je voulais arrêter de fumer, mais vu les tentatives faites par le passé, je ne croyais pas en une solution miracle. Et pourtant… en entrant dans ce magasin, je sentais encore le tabac. J’ai acheté du matériel de débutant, et là, miracle. J’ai de suite arrêté, trouvant tous les plaisirs que je pensais réservés à la cigarette, mais dans une technologie ne faisant pas appel à la combustion, génératrice entre autre de goudron qui tapisse insidieusement les poumons.

    Au fur et à mesure, je redécouvrais la vie sans tabac : l’odorat revenait petit à petit, le goût aussi bien qu’il ne s’était pas trop dégradé, néanmoins, depuis que je ne fume plus, je sale beaucoup moins mes aliments. J’étais toujours assez bon en endurance, mais petit à petit, ça allait de mieux en mieux.

    Je ne vais pas décrire tous les bénéfices, il suffit d’en parler à tous les vapoteurs, ils les connaissent tous.

    Mais là, je n’imagine pas une poignée de bureaucrates, probablement à la botte des lobbies, qui décident, par la voie législative, non seulement de permettre un énorme bond en arrière, mais aussi empêchent toutes les personnes qui ne s’y sont pas encore mises, de ne plus avoir accès à un matériel de qualité pour s’arrêter totalement de fumer. On marche sur la tête. Il suffirait pourtant d’écouter les médecins, les utilisateurs, de constater que bon nombre de mutuelles complémentaires remboursent tout ou partie du matériel pour s’arrêter de fumer, pour se rendre compte de l’ineptie d’une volonté d’endurcissement des conditions efficaces pour arrêter de fumer.

    Qui plus est, l’application de la TPD risque d’être désastreuse en terme d’emploi. Combien de personnes seront au chômage ? Les vendeurs, beaucoup de fabricants,…

    A aucun niveau, cette règlementation n’a de sens…

  7. FORT Robert dit :

    Bonjour,

    Je voudrais apporter ma pierre à l’édifice de la cigarette électronique en témoignant de son efficacité.
    Je suis né le 7 mai 1946, je vais donc sur mes 70 ans, et je fume (fumais) depuis l’âge de 15 ans environ.
    J’ai commencé par des cigarettes blondes que fumaient ma mère, d’abord une, puis deux, etc.. tout cela en cachette bien sûr ;
    Puis j’ai acheté mon paquet que je fumais en 10, 12 jours ; puis en 8, puis en 4 et de fil en aiguille j’en suis arrivé à l’âge de 20 ans à plus d’un paquet par jour.
    J’ai TOUT essayé pour arrêter ou pour le moins ralentir ; changer de marque, passer du tabac blond au tabac brun, papier maïs, cigares, pipes… RIEN n’y a fait.
    J’ai mâcher des kilos de chewingum, j’ai mis de patchs (sur avis médical)….. RIEN ; il manque le geste !!
    Et puis un jour, en septembre 2011, j’ai entendu parlé de la cigarette électronique, je fumais à cette époque 30 cigarettes par jour.
    Par curiosté j’ai essayé en commandant un kit sur internet. Ah ! ce n’était pas ce qu’il y a maintenant, mais comme par le passé je me suis habitué à ce nouveau goût, puis à ces nouveaux goûts et DU JOUR AU LENDEMAIN j’ai arrêter de fumer, sans manque, sans angoisse, sans stress, sans rêve, mais avec plus de souffle, plus d’odorat, plus de palais, et surtout moins de toux.
    Le site internet où j’ai acheté ma première cigarette et mon liquide m’a très bien conseillé quant au taux de nicotine, à savoir 18mg pour palier au manque et petit à petit j’en suis à ce jour à 3mg. pour une consommation d’environ 6ml. de liquide par jour.
    Voilà.
    Je ne sais si mon témoignage servira à quelque chose (je l’espère), mais je tenais à le faire connaître et peut-être aider des personnes qui comme moi désirent arrêter.

    Robert FORT

  8. Lanchais dit :

    Voici plus de 2 ans que je vapote; depuis je n’ai plus du tout fumé; j’ai diminué la nicotine petit à petit, jusqu’à ne plus la désirer; de plus, le matin, je ne cherche plus ma clope après le petit déjeuner, il m’arrive même de l’oublier et ce pendant des heures; ceci sans souffrance ni impression de manque !!!!

    BRAVO ET MERCI la VAPOTE.

    PAR CONTRE , Les résidus n’étant pas toxiques pour les autres, à ma connaissance,
    MERCI DE NOUS LAISSEZ VAPOTER COMME ON VEUT, QUAND ON VEUT.

  9. Henault dit :

    Parfois dans la vie il arrive le moment où l’on se retrouve devant le mur. On se lève le matin avec une gorge vraiment en vrac, des glaires qui sortent et une envie irrésistible de prendre une tueuse. Le sport n’est plus possible car le souffle est parti depuis bien longtemps, l’odeur froid du tabac nous collent à la peau.

    On sait que l’on est en train d’en mourir à petit feu pendant que le monde continu de tourner. Et malgré tout on l’allume. Cela a été mon calvaire pendant près de 19 ans avec un paquet de tueuse par jour. Malgré de nombreuses tentatives j’y retourne. Toujours avec ce sentiment de culpabilité d’avoir échouer à l’un des examens les plus importants de ma vie. Je me dirige vers ces quatre planches en bois. La mort de mes grands-parents ne m’a rien apprise. Pour temps j’ai vu la phase terminale du cancer des poumons par deux fois. Mais non je continue et je continue toujours de suivre l’exemple familiale, la faucheuse est une grande habitué dans la famille, on lui ouvre en grand la porte avec ce sentiment de résiliation.

    Et puis un matin j’apprends que ma vie va changer radicalement. Une annonce de paternité me fait l’effet d’un électrochoc, je plonge ma main dans mon paquet et là … je me dis qu’il serai bien que cet enfant est un père vivant. J’écrase la cigarette encore allumée. Le calvaire commence je suis en manque comme un vrai toxico et j’en deviens fou.

    Je me gave de malbouffe, je laisse tomber une merde sans nom pour en prendre une autre en échange. Je ne suis pas le héros de tous ces films qui réussissent à avoir un Happy-end contre vent et marée. Un homme rien de plus voilà ce que je suis.

    Puis un reportage télévisuel parle de l’ouverture d’une boutique de cigarette électronique prés de mon domicile. J’y cours, je ne veux pas retomber vers ma mort lente et certaine. Une longue discussion avec un mec super sympas et je ressors avec un petit kit et deux ou trois liquides.

    J’étais très loin à l’époque de savoir que ma dernière tueuse ne serai plus qu’un mauvais souvenir.

    Commence la vape, douce, fine, non agressive.

    Puis le corps éjecte les reliquats de la tueuse, une toux à en mettre les larmes aux yeux, une gorge en feu et tout s’arrête. La libération temps fantasmée est arrivée en grande pompe. Sans manque, sans culpabilité, elle est enfin là. Je t’ai tant attendue ma grande si tu savais…

    Le gout, l’odeur, le souffle tout reviens en deux trois mois. J’achète de plus en plus de liquide et de mods, d’atomiseur et j’en passe. J’apprends à faire mes liquides, mes résistances et même des maths pour les résistances. Bref je suis en train de me sauver la vie, non il est plus juste de dire que l’on m’a sauvé la vie. Aucune honte à cela, je suis là et enfin en bonne santé. J’ai même repris le sport.

    Ce témoignage est important pour moi car je n’ai que très rarement vue de remercîments envers le côté humain de la vap. Merci, merci et encore mille merci à tous ces acteurs de la vap qui tous les jours sauvent des vies. Merci de communiquer votre passion aux gens, merci de leur sauvé la peau.

    Cela fait presque cinq ans que j’ai commencé la vap sans jamais rependre de tueuse, cela a été l’un des meilleurs choix de ma vie. Je peux voir mon petit garçon grandir et je peux jouer mon rôle de père.

    A tous ceux qui hésitent encore, tenter la vape. Cela est possible avec le bon matos et les bons liquides. Oui il y a des gens qui vous jugeront, qui vous diront que vous vapez de la merde et qu’un second bras va venir vous faire un coucou dans votre dos. Ignoré lés, il vaut mieux passer pour un con vivant qu’un con mort. Beaucoup de chose sont dites contre la vap, mais le résultat est là.

    Tous ses fumeurs ou non qui vous jugent ne doivent pas vous faire hésiter ou abandonner. C’est votre vie pas celle des autres.

    Cela va vous ouvrir de nouvelles perspectives, rencontré des gens, sortir du clan de la tueuse.
    Croyez-moi vous allez vivre votre vie en bonne santé sans aucunes culpabilité.
    La délivrance est tellement douce.

    Encore un grand merci aux acteurs de la vap. Vous m’avez sauvé la vie …. Rien que cela !!!

  10. Romain dit :

    J’ai commencer à fumer au lycée (à l’époque pour faire classe vis à vis des autres)

    durant 17 ans j’avais continué de fumer. Comptant un paquet de cloque par jours. Je voulais pas trop arrêter mais c’était l’argent investi dedans le problème.

    Donc j’ai découvert par la suite la cigarette électronique, j’ai commencer avec un kit et j’avais trouvé ça pas trop mal mais pas assez fort a mon gout. Je suis donc passer en 18mg de nicotine et la le top du top, j’avais completement oublier la cigarette électronique. Mais le problème c’est que ça coûtait aussi chère en achetant des fioles de 10ml en magasin.

    Je suis donc passé sur du DUY et la le prix n’est carrément plus le même ! Je fais mes recettes moi même et ma femme et moi on ne peux plus s’en passer. Avec des mods et clearo de malade, on à définitivement arrêter la clope.

    Lorsque je reprends une clope, le goût est dégueulasse et je ne sent pas du tout la nicotine. Donc j’en veux plus de cette « merde ».

    Merci à la Ecig qui grâce à elle, m’as fais sortir du tabac depuis près de 3 ans.

  11. Elsa dit :

    Bonjour !

    j’ai commencé à fumer à l’âge de 14 ans. j’avais l’impression de pouvoir arrêter quand je le voulais jusqu’à ce que je réalise que j’étais dépendante. j’ai fumé 18 ans. Même pendant mes deux grossesses, je n’ai pas réussie à stopper le tabac.

    je fumais 2 paquets de 25 cigarettes soit une cinquantaine de cigarettes et plus encore si j’allais en soirée.

    c’était pénible. Je ne supportais pas cette odeur de tabac froid, fumer dans la voiture en conduisant mes enfants à l’école, sortir du restaurant en laissant mes amis ou collègues pour « avoir ma dose de nicotine ». Même voyager en avion était un calvaire puisque je ne pouvais pas fumer.

    Lors d’une formation, j’ai proposé une cigarette à un ami et collègue qui fumait autant que moi. Il a refusé prétextant ne plus fumer depuis un an et demi. Il m’a un peu raconté son parcours.

    J’étais sceptique mais prête à tout pour arrêter. il m’a orienté vers un site spécialisé dans la vape qui livre en Martinique et on a passé ma première commande avec un kit pour débutant et quelques e-liquides afin de découvrir différentes saveurs.

    j’étais impatiente mais anxieuse. Mes meilleures amies et mon entourage ne croyaient pas une seconde que j’arrêterais de fumer. Mes seuls soutiens ont été ma mère et mes fils.

    Le 29 décembre 2014, mon kit est arrivé. j’étais excitée à l’idée de commencer une nouvelle vie, sans tabac. je m’étais préparé à arrêter progressivement la clope pour laisser place à la vape. Mais c’était sans compter ma détermination car je n’ai pas fumé une seule cigarette.

    je pensais que c’était l’euphorie et j’ai gardé un paquet de cigarettes et un briquet dans mon sac pendant 3 semaines avant de m’en débarrasser.

    j’ai ressentie les bienfaits au fur et à mesure. Plus de souffle (j’habite au 4ème sans ascenseur), des lèvres plus roses, cette odeur entêtante de tabac froid avait disparue, les ongles moins jaunes et une économie de 430 € chaque mois qui me permettaient de faire des sorties en famille et d’épargner pour voyager avec mes enfants.

    J’ai également évolué au niveau de mon matériel en privilégiant des batteries plus puissantes et accessoires adaptés.

    Face au succès de mon arrêt complet du tabac, mes trois amies se sont mises également à vapoter et une 4ème amie se lance : elle attend son kit que j’ai commandé samedi.

    Sans la vape je serais encore coincé dans cet engrenage infernal du tabac qui détruisait ma vie. Je suis fière de pouvoir témoigner aujourd’hui tout comme les autres utilisateurs.

    Mon objectif est maintenant d’arrêter la vape.

    J’encourage chaque fumeur à essayer d’arrêter. Il y a des boutiques spécialisées pour trouver le matériel adapté, les e- liquides avec des saveurs variées et des conseils ciblés.

    Pour moi, le bon moment pour arrêter le tabac a été … Un jour comme un autre !!!

    Elsa

  12. stmaster dit :

    Bonjour,

    J’ai commencé à fumer au lycée, dès l’âge de 17 ans, une cigarette puis deux, trois, et je suis devenu fumeur régulier.
    Un paquet par jour en moyenne, les moments de stress, de forte concentration, de nuits blanches au travail, j’arrivais à deux paquets par jour.
    En 2000, je suis passé à la pipe.
    Je sentais mon souffle s’amoindrir, mes capacités physiques, mon endurance, décliner.
    J’ai aujourd’hui 60 ans.

    Il y a 3 ans, mon épouse s’est mise du jour au lendemain à la cigarette électronique, et la sachant grande fumeuse également devant l’éternel, je la regarder « vapoter », d’un air dubitatif.
    Je pensais sincèrement : encore un de ces attrape-nigauds, pour vendre du matériel en vous faisant croire que vous allez arrêter de fumer, alors que je savais pertinemment, pour avoir essayé les patchs et les « nicorettes », que seule la volonté et l’acceptation de la privation pouvaient faire arrêter.

    Comme je la voyais déterminée, et qu’elle n’a plus jamais refumé la moindre cigarette, j’ai revu ma position et me suis dit :
    et pourquoi pas moi ? Si ça a marché pour elle, ça devrait marcher pour moi.

    Je me suis donc décidé, en 2012, à franchir le seuil d’une boutique locale, et j’ai fait l’acquisition d’un kit de débutant : clearo à mèches et batterie(s) eGo 650 mah.
    De ce jour, je n’ai plu retouché ni pipe ni cigarette. J’ai essayé une fois, pour voir, et la première bouffée m’a écœuré.
    Il va sans dire que nous avons depuis, réalisé des économies substantielles grâce à cette démarche conjointe du couple.
    Mais, j’avais surtout, réduit mon taux de nicotine, passant de 6mg au début de la cigarette électronique, à 3 puis 0 à 1 maintenant, car considérant le prix des « bons » e-liquides, je me suis lancé dans le DiY. (Do it yourself : faites le vous-même).

    J’ai senti une amélioration indéniable de mon endurance, de mon souffle, et de mes capacités respiratoires. Cela se manifeste aux efforts et lors de la marche, du vélo, de la montée de marches, etc……
    Bien sûr, aujourd’hui, j’ai délaissé mon matériel des premiers jours, et je me suis intéressé aux progrès techniques dans le domaine, et suis passé aux batteries évoluées, avec contrôle de puissance/température et accus interchangeables, aux atomiseurs me permettant de mieux apprécier les saveurs des liquides gourmands proposés.

    J’envisage bientôt, de me lancer dans la fabrication de mes résistances. Pour le plaisir.

    Parallèlement à cette démarche, je ne suis pas avare de conseils et d’incitation aux fumeurs qui m’entourent, pour qu’ils tentent l’aventure, au risque probable et heureux d’y succomber, et de quitter la cigarette.
    Je m’évertue et m’époumone aussi, autour de moi, à expliquer à mon entourage, que si la vapeur est visible et de prime abord, assimilable en apparence, à l’exhalation des fumeurs, il n’en est rien, et que seule de la vapeur d’eau est répandue dans l’atmosphère. Pas de nicotine, pas de goudrons, pas ou peu de COV (Composés Organiques Volatiles).

    Ils se rendent à l’évidence, en humant la vanille ou la cerise en lieu et place de la fumée de tabac.

    Par simple curiosité, j’ai également fait le test avec un chat et un chien : « vapoter » auprès d’eux ne les perturbe nullement, alors que la fumée de tabac les fait instinctivement s’éloigner.

    Je suis parfaitement conscient qu’en l’état actuel, les scientifiques restent prudents et manquent de recul , mais ils s’accordent pour affirmer que quoi qu’il en soit, la cigarette électronique est de loin, moins nocive que le tabac.

    Pour ma part, et en conclusion, je ne me porte que mieux, et je me sens déjà et presque sans effort, libéré de l’addiction tabagique, du moins à ses composants.

    J’envisage, dans un deuxième temps, d’arrêter également la cigarette électronique, mais là, il faut se détacher du geste, de cette habitude d’avoir quelque chose en main, que l’on porte à la bouche régulièrement, et d’aspirer et d’expirer, ne serait-ce qu’un simple nuage de vapeur.

    J’ai adhéré à l’Aiduce par choix, car il me semble essentiel de contribuer à faire entendre une voix citoyenne libre, en ces temps troublés, où il me semble que beaucoup de libertés sont prises à bafouer les nôtres, individuelles, sans lucidité et avec un manque certain de pragmatisme, au mépris de l’intérêt collectif en matière de santé publique, et au bénéfice de lobbies puissants et influents.

    Vaut-il mieux sauver des milliers de vies chaque année, au coût d’abord humain, puis financier incommensurables, ou préserver la manne de subsides engrangés par les taxes sur le tabac consommé ?

    Merci de m’avoir lu et bonne vape à toutes et tous.

  13. Fufu dit :

    35 ans de tabagisme stoppés net … Taux de Nicotine divisé par 3 en 8 mois (18mg -> 6mg, parfois 4mg). que dire de plus.

    J’ai commencé par curiosité, et après quelques jours d’adaptation, j’étais conquis (mois qui ne jurais que par le tabac et qui étais très septique, je me suis fait aspiré sans m’en rendre compte)

    Mon médecin à été le 1er surpris par les effets positifs sur mon appareil respiratoire (plus aucuns sifflements ni râles, plus d’asthme à l’effort, Bronchite chronique disparue).

    Je suis de nouveau libre … Libéré de joug de l’état hypocrite et taxateur, et des Lobbys du tabac qui capitalisent sur le dos des pauvres gens qu’ils ont rendus dépendants, et ce, jusqu’à l’issue souvent fatale.

    Ces mêmes Labos qui cherchaient ou faisaient croire qu’il cherchaient une solution efficace, se sont fait coiffés, par un petit chinois « Hon Lik » qui a perfectionné et mis au point en 2003 le concept d’une cigarette électronique élaborée par Herbert A. Gilbert en 1963 … C’est dur à avaler non ? Quand on brasse des Milliards !!!

  14. Buschini dit :

    Bonjour, après 35 ans de cigarettes j’ai réussi à arrêter du jour au lendemain grâce à une simple petite batterie 650 et un clearo. Depuis je suis passée aux mods et box méca et électro avec ato et dripper reconstructibles. La vape a été le seul moyen efficace pour arrêter de fumer. J’ai commencé sans conviction et maintenant c’est devenu un plaisir. De 12 mg de nicotine au départ j’en suis à 1 voire 2 mg en faisant mes diy, une autre manière de «cuisiner». La cigarette ne manque pas et ne me tente paq.

  15. Salvelinus dit :

    Mon témoignage va être un peu long, et je prie d’avance les courageux lecteurs de m’en excuser.

    Mais tout d’abord l’anecdote qui m’amène à réagir ici. J’explique à un non-fumeur que mon Vaporisateur Personnel est menacé par une directive européenne sur laquelle le citoyen que je suis n’aura finalement pas pu donner son avis. Sa réponse : « Très bien ! Comme ça, tu pourras arrêter de fumer ! ». J’ai déjà arrêté, c…… Non, autant ne pas lui dire, ça ne me soulagerait même pas.

    Ce qui m’inquiète, c’est d’avoir vu en si peu d’années la société dans laquelle je vis basculer, encercler une proportion non négligeable de la population et la contraindre à abdiquer. Mon propre parcours n’a sans doute rien d’exceptionnel : réprouvé par mon employeur pour l’odeur de mes vêtements malgré de très nombreux efforts, poursuivi jusque chez moi par mon voisin qui voulait au nom de sa santé m’interdire d’ouvrir ma fenêtre et d’aérer mon appartement (intervenant tant auprès du syndic que de mon propriétaire, et même ouvrant une procédure de conciliation), regardé de travers par les passants non-fumeurs. J’étais comme tout fumeur un pollueur, un mauvais citoyen (les taxes sur le tabac d’aujourd’hui ne couvrant probablement pas les soins dont j’aurais éventuellement besoin dans le futur), un anachronisme dans cette société qui a collectivement, démocratiquement contre mon avis, arrêté de fumer. Rien de très exceptionnel, finalement.

    Peut-être que cela m’a aidé à pousser la porte d’une boutique. Mais ce qui m’a fait passer au Vaporisateur Personnel, c’est le plaisir que j’y trouvais, bien plus agréable que la cigarette ! Et voilà qu’au nom de … au nom de quoi, en fait ? Les taxes des États et les profits des multinationales, à moins qu’il n’y ait autre chose, on veut me le retirer aussi.

    C’est vrai, fumer, ou aspirer quoi que ce soit pour rejeter ce qui ressemble à de la fumée, ce n’est pas indispensable à ma vie. Maintenant que je suis passé, comme dit le Docteur Presles, d’une addiction au tabac à une dépendance à la nicotine vapotée, la marche n’est plus si grande pour obéir enfin à la norme. Ça me prive de quoi, en fin de compte ? Mon plaisir, et ma liberté.

    Les substances qui restent dangereuses pour la santé sont nombreuses autour de nous. Sucre, graisses animales, OGM, carburants, j’en passe et des meilleures. Il faut se dire que quand le crime ne profitera plus, elles aussi disparaîtront, au nom de la norme sociale.

    Il me vient à l’esprit une scène de Demolition Man (je sais, ce n’est pas une référence « culturelle ») : on explique au héros que, dans le futur, seule la chaîne de restaurant Pizza Hut a subsisté « parce que le Dirigeant Suprême aimait y aller quand il était petit », mais qu’elle ne sert plus que des repas végétariens. A ce point, le spectateur est censé s’insurger de la disparition du hamburger, au nom du plaisir !

    Quelle différence avec mon Vaporisateur Personnel ? Je n’en vois pas.

    Gardons-nous dès aujourd’hui des décisions liberticides prises par les instances au nom de la santé collective de la société ! Qu’elles s’occupent plutôt de la pollution, la vraie, celle de l’automobile, de l’industrie, qu’elles s’occupent de vrais problèmes plutôt que de légiférer au nom de la précaution, mais en fait afin de rétablir les bases fiscales et les profits des multinationales !

  16. thomé dit :

    Bonjour, je vape depuis 2 ans à peut près, je me sens beaucoup mieux, j’ai retrouvé du souffle, du gout et mes enfants sont content que je ne sente plus la cigarette… grâce à la cigarette électronique j’ai réussi à baisser mon taux de nicotine et je pense encore le descendre encore un peu d’ici quelque temps sans en ressentir le manque ce qui n’était pas possible pour moi avec des cigarettes à combustion malgré plusieurs tentatives…Pour moi la cigarette électronique reste une réelle alternative pour lutter efficacement contre la tueuse qu’est la cigarette avec les merdes qu’elle contient…Protégeons notre santé avec cette méthode qui est la seule à mes yeux pour enfin décrocher la clope…VIVE LA VAPE LIBRE

  17. Vanmairis dit :

    Bonjour à tous,
    Je vape depuis début 2015 ou plutôt Août 2015 ou j’ai fait l’acquisition d’un matériel digne de ce nom. Depuis Août 2015 je n’ai plus touché à une cigarette. L’investissement en vaux la chandelle, 100€ pour un kit complet reconstructible, cantal, chargeur d’accu et coton, ne représente pour moi que deux semaine de clope. Qu’est ce que deux semaines vous allez me dire. C’est Quinze paquet de cette merde de marlboro je ne sais même plus si je l’écris correctement. Je faisais et je fais encore beaucoup de sport, du trail ,du VTT et des raid multisport. Je vous assure que depuis août 2015 mes performances se sont améliorées et je me sans revivre. Je n’ai plus qu’un conseille pour ceux qui hésitent encore foncé chez votre revendeur le plus proche et passé le pas. Bonne VAPE à tous
    WIL

  18. Hervault dit :

    Bonjour,
    Voici mon témoignage, parmi tant d’autres.
    Fumeuse depuis 35 années, avec 3 ans d’arrêt(grossesses et petite enfance des mes 2 enfants) je fumais une quinzaines de cigarettes par jour, accompagnée des symptômes habituels des fumeurs.
    J’ai découvert la cigarette électronique en mars 2013, par hasard en regardant une série télévisée policière, on y voyait juste quelques secondes la lumière rouge de l’e cigarette d’un vapoteur dans la nuit.
    Immédiatement, je me suis dit que je devais absolument essayer cela, ça ressemblait à un « truc magique », et de fait, après recherches, documentation et commande sur internet, 5 jours plus tard, je recevais l’objet.
    Je n’oublierai jamais ma première expérience de vape, j’avais pris soin de choisir du bon matériel (et c’est important) j’avis pensé: un « truc magique » sans trop y croire, et bien ça a été exactement cela: Magique! Extraordinaire!
    Le plaisir sans goudron, CO2, additifs etc… Je n’ai plus jamais touché une cigarette de tabac.
    Je suis passée par toutes les étapes connues du vapoteur: la « défume » et ses symptômes, les longues heures de documentations sur le net, les achats compulsifs de matériel et de e liquides, les heures de partage sur le grand forum des vapoteurs, les explications sans fins avec des fumeurs…
    J’ai plaisir à savoir que quelques personnes ont abandonné le tabac grâce à moi.
    Je souhaite dire à ceux qui hésitent de tenter cette expérience, renseignez vous, il y a maintenant de nombreuses publications très bien faites, de nombreux sites pour vous aider, et surtout de nombreuses personnes qui parlent haut et fort de l’e cigarette et des vies qu’elle sauve.
    J’enrage de voir le comportement de nos autorités en France où ailleurs, cette désinformation, ce déni…
    Lisez les véritables études sur le sujet, écoutez les professionnels de la santé qui ont compris les mérites du dispositif, consultez les statistiques sur le recul du tabac et imaginez les sommes en jeu pour les cigarettiers, l’état et les laboratoires pharmaceutiques…
    Nous ne vivons pas au pays des « bisounours » rien n’est aussi simple que ce qu’il semble alors faites l’effort de vous informer, ne vous laissez pas leurrer, écoutez et lisez les études, les rapports d’experts, les avis des spécialistes, soyez critique et vigilent, soyez libres de choisir tant que possible, ne vous laissez pas manipuler car il s’agit de votre vie (et de votre argent).
    Pour ma part, je dit merci à Hon Lik, et à toutes les personnes de bonne volonté qui oeuvrent, en dehors de tout profit, pour faire connaître la cigarette électronique et ses bienfaits, ce « truc magique » qui m’a sortie du tabagisme.

  19. Dominique dit :

    Bonjour ,
    j’ai fumé durant 45 années une dizaine de cigarettes roulées par jour en me disant que cela n’était pas beaucoup , que c’était mon petit plaisir puis une visite de contrôle a décelé un emphysème et une bpco stade 2 , il fallait que j’arrête de fumer au plus vite pour ne pas devoir être sous oxygène d’ici quelques années
    J’ai donc mis des patchs durant plus de 3 mois mais à l’arrêt de ceux – ci l’envie de fumer est revenue et j’ai cédé à la tentation jusqu’à ce qu’une tabacologue me conseille la cigarette électronique , j’ai téléphoné au pneumologue qui m’a aussi donné le feu vert
    J’ai acheté du bon matériel et un liquide fruité , je suis heureuse de vous dire que j’ai fêté ma première année de défume et que l’emphysème est stabilisé
    Alors , il faut se battre pour que la vape reste libre

  20. olivier dit :

    bonjour
    je suis né fumeur avec mon père qui fumait partout dans la maison, dans la voiture.
    j’ai commencé à 15 ans pour faire comme les copains, et puis à l’époque c’était une grande mode de fumer: pub à la télé, paquet de cigarette pas cher et aucun interdit pour le fumeur.j’avais des maux de tête fréquents,
    et cette toux toujours plus présente, mais j’était tellement addicte que je n’envisageais même pas une seconde
    d’arrêter, j’aimais fumer.
    mon père est mort à 44 ans à cause du tabac, et à 42 ans je me suis dit: si tu es comme ton père il ne te reste peut être plus que 2 ans à vivre. Sans y croire j’ai arrêté sans aucune aide. C’était pour moi un miracle. Mais le drame, c’est que ça a été 2 ans de frustration.
    Frustré de se plaisir que je mettais enlevé, et compensé dans d’autres plaisirs comme la nourriture.
    Moi qui ne prenais pas 1 kilo, jen ai pris 10 durant ces deux ans.
    J’ai alors repris la cigarette, et bien sur, de nouveau cette toux qui revient au galop, les maux de tête et ces sifflement dans la respiration, qui me font prendre conscience que je mourrais de ça.
    Un jour je vais chez un ami qui me montre une égo c, je l’essai et je trouve ça génial.
    Le jour même j’en commande une, et trois jours plus tard je la reçois, septique quand même, mais je me dis que le temps que je passerai à vapoter, sera des cigarettes en moins.
    Le lendemain, dimanche je me rend compte que j’ai passé 2 heure sans fumer, puis 3, et fin de la journée, génial je n’ai fumé que trois cigarettes. Deux jours après je ne fume plus une cigarette.
    Cela fait maintenant trois ans que j’ai arrêté, et que je vapote. je sais que je ne refumerai plus car je n’aime plus ça. Ce que j’aime maintenant c’est de vapoter, faire mes liquides et mes mèches, suivre l’évolution des cigarettes électronique.
    Plaisir aussi d’acheter les mods dernier cri qui ont bien évolués.
    Aujourd’hui je dis haut et fort, que je vapote…. pas pour arrêter de fumer, mais pour continuer à vaper.
    Vive la vape et vive la santé retrouvé.

  21. Véronique dit :

    J’ai commencé à fumer vers l’âge de 20 ans , j’ai 58 ans
    essayé d’arrêter moulte fois…
    j’arrête 3 mois et je reprends…cela sur 5 années…. niccotine …patch…ziban….
    Je n’en pouvais plus de l’odeur, ma maison, mes habits, puaient la cigarette,
    Au niveau santé, pas fort : toux ++++, plus de souffle !
    Et en plus que nous sommes devenus les parias depuis l’arrêt de la cigarette ….!
    Un jour,
    J’ai découvert par hasard un article sur la cigarette electronique… ça venait de commencer, je suis à Montréal,
    j’ai cherché la boutique…trouvé…essayé….et adopté….
    j’étais parmi les premières….
    De toute façon, j’étais tellement décidée à quitter la cigarette que cela s’est fait du jour au lendemain
    Génial !
    Je dois dire qu’au début, j’ai bien eu des problèmes techniques…
    c’est cela qui à été le plus difficile…
    Trouver le liquide qui convient…La baterrie.
    Maintenant, presque 3 ans…
    Je suis ravie, je ne tousse plus, respiration normale ,  » je sens bon  »
    et aucun regard de jugement…
    Mon ami, par contre trouve que j’ai changé pour une autre dépendance….
    Ça s’est une autre histoire !
    Vive la vape libre !
    *

  22. Cédric dit :

    Bientot 3 ans sans une cigarette….
    Que dire…
    J’ai acheté cette vapoteuse dans la vision d’un voyage et pour « truander » discrètement dans l’avion, et quel mal m’a pris!!!
    En deux jours, plus une cigarette! Alors que je tournais à un paquet et demi depuis quelques années dans 12 années de tabac…

    Au début, je dois l’avouer, je pensais que cette chose n’était qu’un gadget. Mais comme précédemment dit, en 2 jours ce fut un bol d’AIR FRAIS!!
    Du plaisir avec cette vapeur passant dans ma gorge, du plaisir avec ces arômes, et aussi une satiété avec cette nicotine bien dosée. Tout ça en me débarrassant de mes toux, raclements de gorge le matin, de ma mauvaise haleine, et me soulageant mon ASTHME!!!!!

    Maintenant, au bout de 3 ans, cet vapoteuse (s) est mon objet de plaisir quotidien, un plaisir qui me sauve la vie d’une mort quasi certaine du à mon ancienne addiction.

    S’il vous plaît, je ne veux plus retourner chez mon marchand de mort (tabac), je ne veux pas mourrir prématurément, alors laisser l’innovation du materiel se réaliser sans contraintes, voulues par ces chers lobbyistes, laisser nous faire nos propre eliquide avec l’aide de nos entreprises françaises et laisser nous le droit d’en parler librement et de conseiller ceux qui le veulent comme de bons citoyens.

  23. PAIPA dit :

    Bonjour à tous,
    La vap m’a sauvée de la consommation quotidienne du tabac . Depuis 2 ans je vape . J’ai baissé la concentration en nicotine et je suis actuellement à 0% . Mon but : arrêter la vap ou alors utilisation exceptionnelle .
    La conclusion :
    – plus d’odeur imprégnée sur les vêtements , le corps , les cheveux . (L’odeur de tabac m’incommode désormais!)
    – économie budget
    – meilleures performances sportives
    – plus d’essoufflement lors d’activités sportives soutenues
    – mieux dans mon espace environnement
    – négatif : prise de poids !!!
    J’espère convaincre mon fils de 23 ans de se mettre à la vap , mais le combat n’est pas des moindres .

    Bonne vap à tous , et continuons à nous faire entendre auprès de ceux qui veulent maintenir la consommation de tabac BIEN PLUS RENTABLE pour ceux qui nous DIRIGENT.
    Par contre , n’achetez pas vos fioles sans avoir la confirmation de l’origine du produit . J’ai acheté une fiole à l’étranger (Espagne) j’ai été malade (nausées , céphalées , vertiges ) .
    Les buralistes qui en vendent ne détiennent que des saveurs tabac et avec des % de tabac ;(ceux que j’ai sollicité)

  24. CHIQUER dit :

    A 63 ans, voilà 5 mois que je n’ai plus touché à une cigarette … et je n’en ai plus envie. Les quelques cigarettes que j’ai néanmoins fumées depuis l’arrêt ne m’ont pas fait envie, je ne les ai pas trouvées bonnes.
    Je fumais depuis 50 ans et me pensais incapable d’arrêter. La bronchite chronique s’était installée toute l’année, très fatigante. Mon médecin m’a envoyée chez un pneumologue qui m’a dit que, si je continuais, j’aurais à vivre avec un chariot d’oxygène si je continuais.

    J’avais déjà fait quelques tentatives avec des cigarettes électroniques bas de gamme.
    Plusieurs choses sont très importantes si l’on veut vapoter avec succès :
    – ne pas chercher une cigarette électronique qui ressemble à une vraie cigarette car çà n’existe pas. Avec le plastique, on n’aura jamais le même contact qu’avec le papier. Il vaut mieux trancher et prendre du gros matériel, bien fiable et avec une grande capacité de batterie qui permet de ne pas passer son temps à la recharger.
    – ne pas chercher un liquide goût tabac, car là encore, on ne trouvera jamais le même goût que l’ancienne cigarette. Finalement je prends « fraise » ou « pomme » et çà me va bien.
    – ne pas hésiter à prendre un liquide avec nicotine. Ce n’est pas la nicotine qui est dangereuse dans la cigarette, c’est la combustion du tabac qui crée des goudrons qui tapissent les poumons et les nécrosent. Avec le temps, on peut facilement diminuer le taux de nicotine, d’autant plus que ce n’est pas la nicotine seule qui rend dépendant, c’est le mélange avec plusieurs produits ajoutés dans le tabac, et notamment l’ammoniaque.
    – changer régulièrement de parfum de liquide car on se lasse un peu comme si on mangeait toujours la même chose.

    Une chose importante : ne pas attendre le bon moment ! Il n’existe pas lui non plus et c’est se mentir à soi-même que de dire que l’on attend d’être prêt. Ce qu’on ne nous dit pas assez, c’est que les dommages faits au poumons sont irréversibles : les parties nécrosées resteront nécrosées, alors mieux vaut arrêter le plus tôt possible.

    Sylvie

  25. Cerrito dit :

    Voilà 3 ans que je ne fume plus , et ce grâce à la cigarette électronique . Je suis maintenant à 3 mg et je ne reculerai plus jamais .
    Arrêtons le bourrage de crâne idiot contre la vape , et ne nous laissons pas avoir par les lobbyistes du tabac .

  26. Dame Lilith dit :

    Je suis née d’un ovule et d’un spermatozoïde fumeurs et ai grandi dans un bureau de tabac.
    Quand ai-je commencer à fumer ? Je dirais que j’ai toujours fumé même si je ne portais pas de cigarette à ma bouche mais je l’ai fait volontairement à partir de l’âge de 15 ans. Tous les gens autour de moi fumaient, c’était aussi normal que respirer. A l’époque, on pouvait fumer partout, même dans les couloirs du CFA où j’allais. J’ai donc fumé, fumé, fumé jusqu’à m’écœurer moi-même de ma dépendance et ma puanteur…

    J’ai essayé d’arrêter de fumer une seule fois avec des patchs. Ce fut une expérience tellement traumatisante que je m’étais jurée de ne plus jamais essayer d’arrêter de fumer et avais donc décrété que je mourrai la clope au bec.
    Les raisons de cet échec sont très simples. J’avais des symptômes de sous et de sur dosage de nicotine en permanence avec les patchs. D’un instant à l’autre, une irrépressible envie de fumer suivie immédiatement par des vertiges et des migraines mais toujours avec cette violente envie de fumer. J’étais extrêmement agressive. Ajoutez à cela que la personne avec qui je vivais m’avait prévenu « c’est toi qui veux arrêter de fumer => c’est ton problème => tu ne me fais pas chier avec ça => je suis chez moi et chez moi, je fume. » Ok. La journée, ça allait plus ou moins, je prenais mon vélo quand j’avais trop envie de fumer mais le soir, quand mon ex rentrait et fumait à côté de moi, je devenais dingue… Toutes les personnes que je fréquentais à l’époque étaient fumeurs aussi, j’étais donc toujours avec des fumeurs en train de fumer sauf quand j’étais seule. Cette sympathique expérience a durée une semaine, bien sûr, je n’ai pas passé un seul jour sans fumer au moins une cigarette…

    Un jour d’Août 2012, une amie est passée et m’a tendu un truc bizarre en me disant qu’il fallait que je l’essaye. J’ai tiré quelques taffes sur une ego avec un carto mega menthe eucalyptus. J’ai trouvé ça sympa, rigolo mais bon… Une clope, c’est une fusée de nicotine qui arrive au cerveau pas un bateau de croisière… Ma vie était un champs de bataille à cette époque, mon état mental un chaos qui aurait fait rêver n’importe quel psy. Je pense que si j’étais allée consulter pour arrêter de fumer à ce moment-là, on m’aurait gentiment renvoyée chez moi en me conseillant de revenir quand j’aurai retrouvé un peu stabilité dans ma vie. Et pourtant…
    J’étais arrivée à une consommation de 40 à 60 cigarettes par jour. Une consommation pas évidente à estimer car je travaille en équipe et il m’arrive de ne pas dormir pendant 24h. Quand on est réveillé 24h, on fume forcément plus… J’allumais parfois une cigarette alors que j’en avais une allumée posée dans mon cendrier… Je fumais tout le temps et je n’allais jamais là où je ne pouvais pas fumer ou alors, restais devant la porte et tenais compagnie aux autres fumeurs.

    J’étais tout de même intriguée par cet étrange appareil qu’on appèle cigarette électronique. Je toussais autant que je fumais, je sentais la cigarette à plusieurs mètres, j’en avais marre de passer mes dimanches à tuber mes clopes alors je me suis dit que j’allais essayer cette cigarette électronique non pas pour arrêter de fumer, c’était clair que ça, ça n’arrivera jamais mais pour diminuer ma consommation de cigarettes avec pour objectif d’arriver à une consommation raisonnable, c’est à dire par plus de vingt cigarettes par jour.

    J’ai acheté mon premier pack sur internet, deux batteries ego 1100 mAh avec des cartos et des stardusts, et du liquide Alfaliquid (thé vert, moscou, et autres fruités) en 16mg/ml.
    Le hasard a voulu que quelques jours avant, j’ai acheté un nouveau jeu, Diablo 3 (détail très important !). J’ai reçu mon pack, j’ai déballé le truc et comme j’avais déjà passé beaucoup de temps sur internet à étudier le matériel, je n’ai eu aucun soucis pour tout préparer en commençant par charger les batteries. J’ai un peu testé, gouté les différents liquides que j’avais mis dans les cartos et clearos et bien sûr beaucoup fumé le reste de la journée.
    Le lendemain, jour de repos ! Je me lève, allume une clope, prépare mon café, m’installe devant mon ordi et lance Diablo 3. Après ma première cigarette, mon regard se pose sur l’ego, je la prends en main, tire quelques taffes en trouvant ça bien sympa et continue à jouer. La journée passe, et le soir alors que mes yeux commençaient à piquer un peu, je regarde l’heure : 22h, mon regard décolle de l’écran, vagabonde, se pose sur mon cendrier. Je ne comprends pas. Il n’y a qu’un seul mégot dans le cendrier. Je regarde mon paquet de cigarettes, ma vapote, le cendrier. Je n’ai fumé qu’une seule cigarette de la journée. Je sens presque une sensation de panique m’envahir. Je n’ai fumé qu’une seule cigarette de la journée.

    J’ai donc fumé une seule cigarette par jour pendant une semaine, toujours au levé avant de préparer mon café et au bout d’une semaine, j’ai sorti la cigarette du paquet et au moment de la porter à ma bouche je me suis dit que là, je frôlais l’absurde. Si j’ai pu ne fumer qu’une seule cigarette par jour pendant une semaine, c’est que je n’ai pas besoin de cigarettes. Je l’ai rangée et n’ai plus fumé.

    Cette histoire s’est passée il y a plus de trois ans, je suis toujours non fumeur. J’ai très rapidement baissé mon taux de nicotine (je suis à 3mg/ml depuis plus d’un an) car je vapais comme je fumais, c’est à dire tout le temps et du 16mg/ml n’est vraiment pas conseillé pour cette consommation ! J’ai dépensé beaucoup d’argent à acheter du matériel et des liquides car le sevrage de la cigarette est très sournois, les shoot de nicotine vaporisés avec le matériel de l’époque n’était pas assez satisfaisant pour moi mais malgré cela, j’ai tenu bon, je ne regrette aucune de ces dépense. Je sais que je ne fumerai plus jamais, j’ai essayé un jour d’allumer une cigarette, je n’y suis pas parvenue. Je me suis brossé les dents pendant des heures, c’était un cauchemar.

    Grace à la vape, je n’ai pas seulement arrêté de fumer. Je ne tousse plus, j’ai beaucoup plus d’endurance, je n’ai plus de crampes dans les jambes, j’ai beaucoup moins de maux de tête, je dors beaucoup mieux, je suis beaucoup moins stressée et surtout, mon corps a enfin pu se débarrasser d’un virus qui avait commencé à attaquer mon corps (j’ai dû me faire opérer pour ôter la partie maligne avant qu’elle ne se transforme en cancer), le HPV. Car, comme me l’avait dit ma gynéco, pour m’en débarrasser, il n’y a qu’une seule solution : arrêter de fumer pour que mon corps puisse le combattre et ça, je n’y suis parvenue que grâce à la vape.

  27. bibifricottin dit :

    Fin 2012, en novembre plus exactement, j’ai trouvé dans l’appartement d’un ami absent, dans un tiroir, quelques cartouches des premiers vaporisateurs personnels (cigalike) : sortes d’imitations de cigarettes en plastique avec réservoirs jetables. D’une nature curieuse, j’ai commencé à m’y intéresser, à faire quelques recherches sur internet. À l’époque, ça restait plus ou moins confidentiel (il me semble) pour le néophyte et selon mes recherches, ne s’achetait souvent qu’en pharmacie. Ne souhaitant pas être happée par le pharmacien et son discours, être étiquetée comme « fumeur accros incapable d’arrêter tout seul », je ne suis pas allée plus loin que : « Ah tiens ! Ça a l’air pas mal ce truc ! ».
    J’oublie vite que ça existe.
    Quelques mois plus tard, en juin 2013, je fume mes premières roulées de la journée (Pueblo) le matin au petit déjeuner. J’ai pris cette habitude depuis quelques années, mais je remarque que c’est de pire en pire et je n’arrive plus à contrôler. Adepte de la course à pieds, la conciliation des deux devient difficile. Soit je fume, soit je vais courir et trop souvent, je préfère la première alternative à la seconde. Me reviennent à l’esprit ces espèces de « trucs en plastique » trouvés dans le tiroir il y a quelques mois.
    Peut-être est-ce la solution ?
    Mon objectif : juste arrêter les clopes du matin. Je reprends mes investigations précédentes et je trouve un magasin dédié pas trop loin de chez moi. J’achète un exemplaire de ces petites cigarettes en plastiques malgré les conseils de la vendeuse qui me suggère un kit débutant. Mais c’est beaucoup plus cher et je souhaite d’abord tester « la chose » à bas cout, tranquillement chez moi afin de me faire ma propre opinion.
    Une fois rentrée, je teste. Je trouve ça plutôt pas mal, agréable, suffisant pour ce que je veux en faire « juste arrêter les clopes du matin ». Par contre, la durée de vie de l’objet est ridicule. Pour le prix d’un paquet de tabac à rouler, ce truc ne me permet de « tirer » qu’une une vingtaine de taffes tout au plus ! C’est de l’arnaque !
    Séduite malgré tout par la perspective d’une meilleure haleine et d’un souffle retrouvé, je tiens à aller plus loin et approfondis mes recherches. Je consulte les forums dédiés, lis les avis des internautes-vapoteurs, les rapports santé les plus objectifs des chercheurs (souvent non-officiels !), les critiques de tous bords et tâche de me faire ma propre opinion, pesant le pour et le contre.
    Enfin, je jette mon dévolu sur un kit débutant comprenant une batterie égo, un réservoir stardust et quelques flacons de liquides en 12 mg (alphaliquide). Le 1 juillet 2013, je reçois mon kit dans ma boite à lettres, suis les instructions utilisateur et commence à vaper. C’est « bluffant », la révélation est immédiate. « Ça marche vraiment » me dis-je. Les liquides sont agréables à inhaler. Je n’ai plus ce mauvais gout dans la bouche qui traine toute la journée. En quatre jours, je ne fume pratiquement plus et ce, sans l’avoir vraiment souhaité. Adopté sans effort, je peux reprendre mon jogging matinal.
    Depuis, mon matériel a évolué grâce aux informations glanées sur le net, grâce à tous ceux qui avant moi, en ont fait l’usage et ont partagé leurs expériences sur les forums, dans des vidéos, des blogs… J’ai pu acquérir mon premier matériel, les suivants, les suivants et les suivants… Et enfin, ceux que j’utilise actuellement, plus adaptés à mes gouts et besoins en suivant régulièrement l’évolution du matériel grâce encore aux publications des « revieweurs », sur internet. Je fais mes résistances et mes liquides moi-même. La cigarette ne m’attire absolument plus. Dans certains cas rares et anecdotiques, je m’autorise une roulée qu’au fond, je n’apprécie même plus vraiment.
    Pourquoi ça a si bien fonctionné pour moi ?
    Je n’ai jamais été une « grosse fumeuse ». Mais j’ai pratiquement toujours fumé. Vers dix ou douze ans, j’allais « piquer » les mégots de cigarettes que mon père laissait dans le cendrier de la R16. Je ne me suis jamais inquiétée de ma santé à ce sujet comme si, de toutes manières, je passerai toujours au travers des pires problèmes ! C’est plutôt une question de ressenti : je n’aimais pas le gout du tabac, l’essoufflement rapide qui résulte de son utilisation quotidienne, le gout rappeux, acre qu’il laisse dans la bouche et au fond de la gorge, la mauvaise circulation du sang dans les jambes que je percevais quand j’avais beaucoup fumé, les lendemains de fêtes lorsque s’accumule le beaucoup fumer avec le trop boire ! De tous ces symptômes je m’en suis débarrassée et en quelques semaines seulement, et sans le sentiment d’avoir au dessus de la tête cette épée de Damoclès que conserve pour toujours tout ancien fumeur : la reprise du tabac. À l’heure actuelle, et si les lois ne changent pas en notre défaveur, je sais que je ne reprendrais plus jamais le tabac car je n’aime tout simplement pas ça ! Mais j’aime la détente agréable que me procure la vapeur douce de mon dripper, le goût léger de mes liquides, détente et plaisir d’autant plus appréciable que nous vivons dans un environnement de plus en plus nocif, toxique, pollué et destructeur pour l’être humain et ce à tous les niveaux, tout ça pour satisfaire l’avidité de quelques uns… Alors, de qui se moque-t-on !?

  28. Greg dit :

    Bonjour,

    J’ai fumé 15 à 20 cigarette par jour pendant 15 ans. J’ai voulu arrêter plusieurs avec ou sans patch (je suis asthmatique) et je ne tenais seulement 3 ou 4 mois sans cigarette.
    Aujourd’hui cela fais 3 ans que je vap, grâce à une boutique ouverte à côté de mon mieux de travail.
    J’ai commencé avec les petites cigarettes électroniques, car je ne voulais pas être trop dévisagé dans la rue (ce n’était pas connu à l’époque). Depuis je suis passé au « grosse » cigarette électronique (les mod) que j’entretiens moi même. Je n’ai plus jamais fais d’asthme (peut être 2 ou 3 fois en 3 ans oui..)
    Mes liquides on toujours de la nicotine (6mg) mais je ne respire plus les goudrons et autres substances des vrais cigarettes.

    Le passage à la cigarette électronique c’est fait sans problème, j’étais simplement curieux de cette chose, et je n’ai plus touché une seule cigarette depuis… (Lors de les débuts, je ne voulais pas spécialement arrêter la clope) ça était radical.

    Avec tous les avis de médecins et spécialistes de santé qui sont pour, je ne comprends pas pourquoi la vape a autant de difficultés à paraître moins dangereuse que la vrai cigarette.
    Bien sûr mise à part le manque à gagner des gros fabricant de cigarette…

    Vive la vape libre !

    Greg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*